Astrologue professionnel : consultations
Calculer et connaître son ascendant
Signes du zodiaque
Cours d'astrologie
Date de naissance et thème astral

Course planétaire | Difficulté 5 | Les statistiques du divorce comme ceux des mères célibataires indiquent bien combien les relations familiales sont devenues précaires dans nos sociétés modernes qui laissent plus de place à l’individualité : phénomène de mode ? Crise identitaire généralisée ? C’est aux sociologues et aux historiens d’en juger, toutefois, l’astrologie peut ici nous apporter un éclairage individuel. Une personne est-elle faite pour le mariage, pour la vie de famille ? Doit-elle connaître une grande rupture ? L’étude de son thème peut nous renseigner.
Nous vous présentons ici une étude complète s’attachant à analyser  la personnalité, le destin et les transits qui ont motivé l’abandon définitif de son foyer pour une femme née au début du siècle.

I. Etudier la personnalité

Le cas de Madame L, née le 1er Avril 1911 à 6h00 à Constantine (Algérie) est assez parlant à cet égard : Bien que née à une époque et à un endroit où la vie conjugale comme familiale étaient des principes avec lesquels on ne badinait pas, madame L a tout quitté, mari et enfants, pour vivre sa vie de femme. Nous allons voir que cette décision était profondément inscrite dans son thème de naissance, tant au niveau caractériel qu’au niveau karmique et événementiel. Commençons par voir le profil psychologique cette femme.

Carte natale d'une divorcée

Madame L est, à n’en pas douter, une « battante », une femme forte à la personnalité bien trempée. Les dominantes de son thème vont toutes dans ce sens : Uranus culminant d’abord lui apporte une personnalité originale et individualiste qui réagit mal aux contraintes et à l’autorité et, loin de tempérer la chose, l’influence martienne de son thème (Soleil, Mercure et Ascendant en Bélier) en fait une femme bouillonnante, agissant volontiers sur des coups de tête ou des coups de sang, ne mâchant pas ses mots et toute versée dans l’action immédiate et spontanée (on remarquera le carré Uranus/Mercure qui donne un coté intraitable et facilement irritable : inutile d’essayer de lui en conter, ses réactions sont explosives, voire violentes).

A cela vient s’ajouter un magnifique amas en Maison I, celle de la personnalité : Vénus, Cérès, Lune et Saturne conjoints, auxquelles viennent encore se greffer deux points fictifs (La tête du dragon -ou Nœud Nord- et la Part de fortune) et une astéroïde (Vesta). Cette concentration en I évoque bien une personnalité très forte, autosuffisante.

Signalons la place prépondérante de la Lune : Conjointe à l’Ascendant, conjointe à Vénus et à Saturne (qui est le Maître d’Uranus par son règne sur le Capricorne), conjointe également à la Tête du Dragon (et participant donc, de fait, activement à la destinée), Cette lune est en position forte par son exaltation en Taureau et sa place en maison I.
Cette hégémonie lunaire ne doit pas ici s’interpréter comme une propension à la passivité, à la douceur et aux concessions (valeurs lunaires traditionnelles) car ce serait oublier le restant du thème : non, cette Lune dominante signifie que Madame L. doit s’affirmer en tant que FEMME (symbolisme lunaire principale) et qu’elle ne permettra pas qu’on brime d’une quelconque façon sa féminité (Conjonction Lune/Saturne).

On remarquera par ailleurs l’opposition Lune/ Jupiter qui peut à la fois se traduire par la dualité Foyer/épanouissement (impossibilité de maintenir un foyer et une vie maritale) et Féminité/respect des conventions (impossibilité de se soumettre aux règles qui étouffent l’individu).

On remarquera également l’opposition Vesta (la femme pure, absolue, la vierge) et Lune noire (les frustrations) qui entraîne un profond malaise au niveau inconscient : Madame L. ne peut concilier harmonieusement son rôle de femme sexuée (de partenaire sexuelle) et son identité inaliénable de femme (d’individu humain).

On notera pour finir la position de Neptune : presque redondant en IV et en Cancer traduisant parfaitement le besoin de fuite et d’évasion (Valeurs neptuniennes) dans le cadre du foyer et de la famille (domaine du Cancer, de la maison IV), Le dieu au trident est de plus opposé à Uranus dominant et carré au Soleil et à Mercure.
Le trigone à Jupiter n’a quant à lui quasiment aucune puissance car c’est un aspect de génération (commun à des milliers d’individus) ne touchant pas de points sensibles du thème individuel.

II. Etudier la destinée et le karma

Le Soleil, image de l’homme et du mari et significateur général de l’amour est en maison XII, celle des épreuves, des dilemmes, des difficultés. Il est carré à Neptune en Cancer et IV comme nous venons de le voir, carré au MC (les ambitions personnelles) et opposé à Pallas (la volonté).

Uranus, planète culminante du ciel de Madame L., est également en dissension avec Neptune en Cancer et en IV (par opposition) et il est de surcroît carré à l’Ascendant (la vie affective) et à la conjonction Lune/Saturne.

La Tête du dragon (le destin) s’oppose ouvertement à Jupiter en VII (cette position est celle d’un mariage tranquille, ici profondément contrarié), elle est carré à Mars en Verseau (soif de liberté) et conjoint à l’amas Lune/Vénus/Cérès/Saturne, lequel évoque bien de grosses difficultés dans le domaine affectif.
Notons que cet amas très dissonant en I semble montrer une grosse difficulté à unir les différents domaines représentés par les maîtrises planétaires : foyer (Cancer en IV/ Lune), couple (VII en Balance/ Vénus) d’un côté et Carrière (MC en Capricorne/Saturne) et travail (VI en Vierge/Cérès) de l’autre.

Conflit d'entourage

Arrêtons nous enfin sur Jupiter. Il est en Scorpion, opposé à la Tête du dragon et conjoint à la Lune noire : cette position de base évoque déjà des difficultés puisque le signe du Scorpion nous parle de choses qui sont destinés à mourir et à renaître, la Lune noire nous parle de sentiments douloureux et de conflits intérieurs et la tête du dragon contrariée nous fait penser à un destin difficile. Mais là encore, il s’agit à priori d’une position de génération que beaucoup de natif ont partagé sans pour autant vivre les mêmes choses.
Cette position est cependant ici « activée » dans le thème de madame L. par :
- Trois aspects de dissension entre Jupiter et des planètes rapides qui «  individualisent » la position : opposition à Vénus, Opposition à la Lune, carré à Mars
- La domification qui place Jupiter en maison VII (maison du couple).

Ce Jupiter est en plus rétrograde est indique donc clairement, notamment par sa conjonction au Nœud Sud, qu’un passif important est à purger dans le domaine de l’union et que rien n’y sera simple. Il est d’ailleurs très probable que l’homme avec lequel elle se maria soit une « vieille connaissance karmique ».

III. Etude événementielle sur la décision de madame L.

Après avoir constaté que la personnalité comme le destin de madame L. allaient dans le même sens (celui, grosso modo, d’une personnalité allant vers une réalisation individuelle ne supportant pas les contraintes inhérentes à la vie maritale et familiale), voyons quels ont été les transits ayant provoqué directement la crise, c'est-à-dire les transits qui ont activés les indications latentes du thème natal.

Madame L. a quitté le domicile familial fin septembre 1954. Nous n’avons pas pu obtenir de date plus précise mais nous pouvons en étudiant cette période essayer de retrouver la date précise en fonction des aspects forts puisqu’à décision importante correspondent toujours des aspects importants.
En l’occurrence nous proposons la date du 23 septembre qui semble être la plus riche « astralement ». De toutes façons, le climat général étant entraîné par les planètes lentes, cette exercice de datation a posteriori constitue juste un plus.

Etudions justement en premier lieu le transit des planètes lentes, lesquels n’ont de toutes façons progresser que d’1° maximum entre le 15 et le 30 du mois de Septembre 1954. La position de ces corps lents est déjà particulièrement révélatrice puisque tous se situent dans les domaines qui nous intéressent, à savoir :

Jupiter et Uranus sont conjoints entre 25 et 27° du Cancer, dans la maison IV de madame L. (celle du foyer) et toutes deux opposées à Uranus natal (la révolte, la libération, les décisions abruptes). Rappelons que cet aspect est d’autant plus puissant qu’il oppose une planète en transit à sa position natale ; que la planète en question (Uranus) est dominante dans le thème radix et, enfin, que cet aspect entre planètes lentes est tellement rare qu’il ne s’est produit qu’une seule fois dans la vie de madame L. (Un aspect rare entraîne toujours des événements rares).

Afrique du Nord

Saturne (les obstacles) et la Lune noire (les frustrations) sont conjoints entre 07 et 11° du Scorpion, dans la maison VII de madame L. (celle du couple) et toutes deux conjointes à Jupiter/Queue du dragon en radix. Cette position exprime parfaitement une situation pesante qui arrive à son terme et parle, comme l’aspect précédent, de libération. La présence de Saturne et de la Lune noire sur la Queue du dragon a une forte résonance karmique semblant indiquer qu’il est temps de purger son karma, d’aller vers la libération de son destin, jusqu’ici «  bloqué » par les obligations maritales (puisque cela se situe en Maison VII).

Neptune quant à lui (l’évasion, la fuite) est rentré depuis quelques mois en VII également (il se situe à 25° de la Balance)

Pluton (les transformations, la mort des choses) transite depuis plusieurs années en maison V (les amours, les enfants) et, à ce moment à 25° du Lion, forme un sextile à sa position natale (25° gémeaux) et un trigone à l’Ascendant (23° du Bélier) et à Mercure natal (22° du Bélier). Il ne forme aucun aspect tendu et montre lui aussi, à sa façon, que le moment de la transformation est venue et que la native aura des facilités pour changer radicalement sa vie.

Enfin, la Tête du dragon (le destin) se situe à 11° du Capricorne, c'est-à-dire qu’il est en train de former un aspect de conjonction avec le MC. Cela traduit également une réalisation personnelle d’envergure, un acte décisif dans la vie puisque le destin se superpose avec « les succès, la réussite, l’ambition » représentés par le MC. A n’en pas douter, Madame L. fut très fière du courage qu’il lui a fallu sans doute déployer pour prendre cette décision.

On voit donc bien que ce départ ne s’est pas fait n’importe quand et que toutes les planètes lourdes ont activement participé à ce qui fut très sûrement vécu comme une «  libération ». Toutefois, il est un principe en astrologie : les événements induits par les planètes lentes sont déclenchés par le passage des rapides sur des points clefs du thème : les rapides «  activent » les lentes en quelques sortes. C’est l’intérêt de cerner une date avec plus de précision bien que le climat nous ait été clairement donné par les Lentes.

En datant le départ au 23 septembre 1954 (ce qui est fort possible puisque nous savons que celui-ci s’est fait au moment de la rentrée scolaire), nous constatons que :

La lune entre 12 et 24° environ du Lion transite en V (les amours, les enfants), s’oppose à Mars natal (aspect typique de la crise de conscience, du malaise émotionnel), fait un carré à Jupiter/Queue du dragon en VII (le couple) et un trigone au Soleil et à Mercure en XII (la XII est la maison des épreuves, cet aspect positif de la lune à deux planètes s’y trouvant indique simplement que la native trouve le courage d’affronter l’épreuve).

Mercure, à 22° de la Balance transite sur la cuspide de VII (à 23°) et entre en conjonction avec Neptune lui-même en transit en VII (et signifiant, comme on l’a vu précédemment, la fuite par rapport au couple).

Vénus transite à 14° du Scorpion, venant appuyer le transit de Saturne et de la Lune noire sur Jupiter/Queue du dragon radix…

Bref, cette position natale se retrouve agressée de toute part et l’amas de transit Saturne/Lune noire/Vénus sur l’amas natal Jupiter/Queue du dragon/Lune noire en VII semble particulièrement révélateur d’une rupture définitive et nécessaire.

Mars enfin semble apporter son courage tout entier à la native en rejoignant la Tête du dragon en transit sur le MC : la volonté et l’action (Mars) mis au service de l’accomplissement (MC) du destin (Tête du dragon)

IV. Synthèse et conclusions

Faisons une dernière synthèse de cet horoscope afin de bien saisir combien l’ensemble des mouvements astraux se polarisent sur quelques points clefs du thème (les planètes suivies d’un T sont en transit, les autres sont les natales) :

- Lune T, Saturne T, Lune noire T et Vénus T agressent par carré ou conjonction l’amas Jupiter/Queue du dragon en VII.

- Mercure T et Neptune T  sont conjoint en VII

- Jupiter T et Uranus T  sont conjoints en IV et opposé à Uranus

- Pluton T  est en V

- Mars T et la Tête du dragon T sont conjoints sur le MC

Remarquez au passage que six planètes en transit nous parlent de la maison VII (le couple) et que deux nous parlent de la maison IV (le foyer), cette simple constatation globale, ajoutée au fait que l’ensemble de l’horoscope indique une crise profonde, nous indique clairement que ce mois de Septembre 1954 était dédié à un événement central dans la vie familiale et matrimoniale de madame L.

Divorce

Cet exemple semble une parfaite illustration d’une règle d’or de l’interprétation en astrologie : pour qu’un événements puisse être prédit, il faut que :

1/ le thème de naissance contienne cet événement de façon latente
2/ que la personnalité générale du sujet envisagé permette la réalisation de cet événement
3/ qu’à un moment de sa vie, les transits planétaires convergent tous vers la réalisation de cet événements en formant de nombreux aspects forts, souvent par conjonction ou opposition.

Précisons pour finir que cette étude pourrait être complétée et confirmée par la révolution solaire 1954 de Madame L.

Tous droits réservés Philippe REGNICOLI
Reproduction totale ou partielle interdite sans autorisation écrite de l’auteur

Share

Ajouter un commentaire


Code de sécurité
Entrez ce code ou cliquez ici pour en générer un nouveau