Astrologue professionnel : consultations
Calculer et connaître son ascendant
Signes du zodiaque
Cours d'astrologie
Date de naissance et thème astral

synastrie | Difficulté 3 | S’il est un domaine en astrologie qui prête aux interprétations les plus insipides, y compris malheureusement parfois chez des auteurs tout à fait respectables mais trop traditionalistes, c’est bien le domaine de la synastrie, c’est à dire de l’étude des rapports entre les personnes. Cet article propose de faire la part des choses et de délivrer, au passage, quelques règles de bon sens afin de ne pas commettre de grossières erreurs en la matière.



I. Un constat

La synastrie à 3 sous

Tout d’abord, mais il est malheureusement utile de le rappeler, il est totalement absurde de juger de l’entente de deux personnes sur leurs seuls signes solaires à moins (et c’est très rare) que ces deux personnes aient le dit signe très valorisé dans leurs thèmes respectifs (par amas ou parce qu’il se trouve sur l’ascendant). Même ainsi, il reste très réducteur et présomptueux de juger des rapports de deux personnes d’après un seul facteur.

On aura compris (et c’est probablement pour cela qu’à force de vouloir simplifier, on appauvrit) que l’art de la synastrie est long et complexe et qu’il fait intervenir l’ensemble des facteurs astrologiques d’un thème : les angles des Maisons, les planètes et même les astéroïdes et les points fictifs si on sait les manipuler.

Comparaison de thèmes astrologiques

Evidemment, plus on voudra être précis dans l’étude, plus on utilisera de facteurs. Toutefois, il apparaît comme un minimum de faire appel à toutes les planètes et à toutes les Maisons.

Méfiez-vous également d’une trop grande systématisation du type : « une planète en carré à une autre entraîne de la mésentente ». C’est, non seulement faux, (par exemple, pour Vénus en carré qui est davantage génératrice de désir que de tension) mais cela empêche, de surcroît, d’affiner les rapports entre deux personnes en sous entendant que l’entente peut-être uniquement bonne ou mauvaise et qu’il n’y a pas de juste milieu.

Ceci est tout bonnement dérangeant dès lors que l’on envisage la complexité des liens humains. On peut aimer et haïr tout à la fois, on peut ne pas aimer mais respecter ou admirer, on peut aimer passionnément mais se détruire au passage, etc.…
Retenons donc, qu’une synastrie ne peut tenir en quelques lignes car il s’agit d’une analyse en profondeur.

Les techniques traditionnelles

Je l’ai déjà dit par ailleurs : la tradition est une bonne chose à condition que le praticien, à un moment ou à un autre, arrive à s’en détacher, à prendre du recul par rapport à elle afin de pouvoir défricher de nouveaux terrains de recherche et considérer de façon objectifs et critiques les techniques qu’il utilise.

Aussi, je dois dire à regret que beaucoup d’astrologues compétents finissent quand même par dire ou écrire des choses douteuses quand il s’agit de synastrie. Il y a notamment beaucoup d’à priori dans leurs déclarations, à priori qui sont simplement dus au fait qu’ils appliquent une théorie traditionnelle sans toujours la vérifier à grande échelle ou même parfois, sans en voir les failles.

De plus, les théories traditionnelles qu’ils appliquent à la synastrie sont souvent tout simplement celle couramment utilisées pour l’interprétation du thème individuel, transposé à deux thèmes distincts car la synastrie est une méthode jeune, datant du début du siècle et concomitante avec l’essor de la psychologie et de la sociologie.

S’il est donc vrai, dans le thème d’une personne, qu’un carré entre Mars et Pluton sera potentiellement source de violence, l’affirmation devient hasardeuse si Mars appartient à une personne et Pluton à une autre (interaspects). Pour peu que les deux sujets envisagés soient de sexe opposé ou ait une attirance sexuelle l’une envers l’autre, cet aspect de carré devient plus une source d’attraction mutuelle que de discorde.

Pour ce qui est des interaspects entre même planète (exemple : Soleil de a avec Soleil de B), le terrain est encore plus glissant car aucune règle traditionnelle n’évoque ce cas de figure. L’astrologue a alors le choix de supposer ou d’observer : beaucoup se décident pour la première option.

II. Quelques observations personnelles

Voici, pour ceux qui veulent se lancer dans la synastrie, quelques règles issues de mon expérience, règles qui ont été vérifiées sur de nombreux cas réels. Précisons que ces règles ne concernent que l’astrologie de couple.

1/Avant toute chose, comprendre l’intégralité de chaque thème individuellement et en tirer les dominantes. L’analyse des dominantes va, d’emblée, poser le rapport global qui existe entre les deux êtres. Il va permettre de jauger du rapport d’union : Y a-t-il un dominant et un dominé ? (Ex : Un Jupiter/Mars et une Lune/Vénus) Existe-t-il une lutte de pouvoir ? (Ex : Deux plutoniens ou un martien et un jupitérien), Existe-t-il une complicité facile ? (Ex un Uranien et un Mercurien) etc.

2/Faites ensuite les comparaisons suivantes :

THEME A

THEME B

Soleil

Ascendant

Ascendant

Soleil

Fond de Ciel

Fond de Ciel

Maison VII

Maison VII

Vénus

Mars

Mars

Vénus

Lune

Lune

Mercure

Mercure

Lune noire

Lune Noire

Dans un premier temps, ne tenez pas compte des inter-aspects. Demandez-vous simplement, et sans idées préconçues, si une Maison VII en Taureau, par exemple, est compatible avec une Maison VII en Lion.

Maison VII en Taureau : Besoin de stabilité dans le couple, rapports paisibles visant à construire une union stable, une famille.
Maison VII en Lion : Besoin d’admirer le conjoint tout en étant souvent autoritaire avec lui, désir de construire une union traditionnelle aboutissant probablement à avoir des enfants.

On voit, par cet exemple, que ces deux conceptions du couple, quoique différentes, n’ont rien d’incompatible pour peu que le porteur du Taureau en M VII soit quelqu’un de brillant et que le porteur du Lion en M VII quelqu’un de calme. Les deux partenaires peuvent même partager un même objectif de durabilité et de famille (il s’agit de deux signes fixes, prédisposés à l’amour familial et traditionnel).

Notons que dans la majorité des cas où le couple est appelé à durer, il existe une « entente croisée » entre le Soleil de l’un et l’Ascendant de l’autre et vice-versa. Ce rapport semble plus solide (car plus équilibré) que l’entente Soleil/Soleil et Ascendant/Ascendant où l’on a affaire à deux personnes se ressemblant beaucoup et s’apportant donc peu.
Dans le cas de ce que je nomme « entente croisée », l’Ascendant de l’un se nourrit du Soleil de l’autre et inversement. L’Ascendant devrait être pris comme un potentiel de naissance à réaliser (des valeurs en nous à travailler) et il est donc bon d’avoir un partenaire dont le Soleil (les valeurs innées) nous montre la voie.

3/Vous pouvez ensuite affiner votre étude par les inter-aspects.
Retenez que les aspects de carré sont souvent utiles et enrichissants à condition qu’ils ne soient pas en surnombre.
Si certains inter-aspects sont identiques à des aspects dans un des thèmes individuels, cela veut dire que la vie de couple réveillera cet aspect chez son porteur. Ainsi, si on trouve, par exemple, un inter-aspect de carré entre Mercure et la Lune dans la synastrie, et que ce même aspect est présent dans le thème de A, sa tendance naturelle à la dispersion et ses difficultés à se concentrer seront renforcées par la vie commune et l’influence du partenaire.

4/Etudier les Maisons (et surtout les amas) pour déterminer les priorités de chacun et voir si elles sont compatibles. Posez-vous ensuite des questions simples du type : un amas en M III (et en Poissons) chez A, par exemple, et un amas en M VI (et en Verseau) chez B, sont-ils compatibles ?

L’amas en M III/Poissons de A montre qu’il sera d’une nature curieuse et plutôt contemplative, qu’il aimera lire, faire des recherches et probablement avoir de long moment de solitude mais en restant baigné de connaissances et de moyens de communication (téléphone, Internet, courrier…).
L’amas en M VI/Verseau de B montre une nature laborieuse, s’autogérant, attirée vers la nouveauté et la technique et pouvant faire preuve d’indépendance au quotidien.

Là encore, l’astrologue  peut décréter un peu rapidement que l’entente va être mauvaise du fait que les Maisons dominantes sont en carré et que les signes valorisés soient incompatibles (Air/Eau). Pourtant, dans ce cas, l’entente est tout à fait possible puisqu’on a affaire à deux personnes plutôt intellectuelles et autonomes, capables de se réunir autour de pôles d’intérêt partagés, de sujets culturels et d’outils communs.

5/La projection des Maisons (où tombe la cuspide d’une Maison dans le thème de l’autre) est aussi, assez importante mais pas déterminante. C’est surtout l’Ascendant qu’il sera intéressant de projeter. Notons au passage que l’Ascendant de l’un dans la M VIII de l’autre ou en conjonction à Pluton n’est pas un « mauvais présage » mais indique plutôt :
-un fort désir physique
-une capacité de transformation et d’évolution

6/ Les renseignements donnés par la VII, surtout si elle est occupée, sont toujours fort intéressants et on peut constater dans de nombreux couples «  solides » que les dominantes de l’un se retrouve dans la maison VII de l’autre et vice-versa (Ainsi un natif ayant la Lune et le soleil en Gémeaux et en VII peut facilement être séduit par une personne présentant une dominante Soleil/Lune/Mercure)

Des dizaines de règles pourraient encore être exposées mais, et ce sera mon dernier conseil, ne vous enfermez pas dans des règles : privilégiez autant que se peut l’intuition et le ressentir. L’astrologie n’a rien de mathématique ou de mécanique.

Bref, en synastrie, ne vous limitez jamais à une approches de type Causes/Effets : on se trouve ici sur le terrain complexe de l’âme humaine et des rapports de nuances.
Retenez surtout une chose essentielle : l’amour peut naître pour bien des raisons (karmique, physique, psychologique ou sentimentale) et la synastrie ne doit donc pas se borner à dire « bonne ou mauvaise entente ». Elle doit chercher en profondeur ce qui unit et désunit les gens, car deux personnes prisent au hasard, auront toujours des points communs et des points de dissensions.
Et c’est là, une des plus belles leçons de l’astrologie.

 

Tous droits réservés Philippe REGNICOLI
Reproduction totale ou partielle interdite sans autorisation écrite de l’auteur

Share

Ajouter un commentaire


Code de sécurité
Entrez ce code ou cliquez ici pour en générer un nouveau