Dictionnaire d’astrologie

Vous avez besoin de la définition d’un terme de vocabulaire astrologique ? Vous ne comprenez pas le sens de l’expression « avoir une planète en exaltation dans son thème natal » ? Pas de panique ! Quand on apprend une langue étrangère, on a besoin d’un glossaire pour éclaircir le sens de certaines phrases. Et l’astrologie est bien une langue ! Nous mettons ici à votre disposition ce lexique. N’hésitez pas à demander l’explication de nouveaux mots en commentaire !

A

Amas

Un amas est formé quand au moins trois planètes sont dans un même signe (amas en signe) ou une même maison (amas en secteur). Le signe ou la maison où se trouve l’amas en est d’emblée valorisé et devient une dominante. Quand on dresse un horoscope, on prendra toujours soin de mettre en avant les transits sur les amas car ils sont susceptibles d’entraîner de réels changements d’existence puisqu’ils concentrent en général en leurs seins plusieurs domaines d’existence (par le jeu des maîtrises sectorielles notamment).

Angles (du thème)

Les angles d’un thème correspondent aux quatre points cardinaux et sont représentés par les cuspides des Maisons I, IV, VII et X (l’ASC, le FC, le DESC et le MC).

  • ASC : M I – Est – Lever du Soleil
  • MC : M X – Sud – Midi
  • DESC : M VII – Ouest – Coucher du Soleil
  • FC : M IV – Nord – Minuit

Il est important de ne pas confondre la notion d’angles et d’angularité.

Angularité

Distance angulaire entre deux facteurs astrologiques. Cette distance est calculée en degré. N’importe quel aspect est une angularité spécifique (une angularité de 90° est par exemple un Carré). En ce sens, angularité et aspect sont synonymes mais si n’importe quel aspect est une angularité, toutes les angularités ne sont pas des aspects (par exemple, une angularité de 25° ne correspond à aucun aspect).

Apex (planète ou point)

Ce terme désigne la position d’un point du thème – fictif (et déterminé par un degré précis) ou réel (déterminé par une planète) – qui cumule l’énergie de plusieurs autres facteurs. L’Apex d’un thème est également appelé Focus lorsqu’il est effectivement représenté par une position planétaire précise. On parlera donc plus facilement d’une planète Focus et d’un point Apex.

Il existe plusieurs manières de mettre en lumière le point Apex (ou Focus) d’un thème, sachant que celui-ci sera éminemment plus actif s’il correspond à la position exacte d’une des planètes du thème.

Exemples de planète Focus :

  • Lorsqu’une planète du thème natal reçoit simultanément plusieurs aspects importants.
  • Lorsqu’une planète est maîtresse d’une configuration planétaire telle que le Carré en T ou la Flèche, par exemple.
  • Lorsqu’une planète se trouve au centre d’un amas planétaire, en tenant compte de la planète qui ouvre l’amas et de celle qui le ferme.

Aphélie

Point de l’orbite le plus éloigné du soleil.

Ascendant (abrégé ASC.)

L’Ascendant (ASC en abrégé) correspond au degré zodiacal se levant à l’Est à l’instant de la naissance. Il correspond à la Cuspide de la M I. Il est l’un des points les plus déterminants du thème natal avec la position du Soleil et celle de la Lune et du MC. La détermination de l’ASC d’un thème nécessite une connaissance précise de l’heure de naissance du natif.

Soleil et Lune

Aspects

Un aspect planétaire est la distance angulaire qui sépare deux planètes. Suivant cette distance, les planètes concernées subissent une influence réciproquent dite « bénéfique » ou « dissonante » (voir ces entrées). Il existe trois types d’aspects :

  1. Les aspects majeurs, nécessaires à toute interprétation d’un thème (conjonction, sextile, carré, trigone et opposition).
  2. Les aspects mineurs qui permettent un approfondissement de certains points clés du thème (semi-sextile, semi-carré, sesqui-carré, quinconce et déclinaison).
  3. Les aspects rares, essentiellement utilisés pour approfondir les données d’un thème karmique (quintile, septile, novile et décile, entre autres).

On étudiera de plus près les aspects formés par une planète rapide avec une planète lente ou par deux planètes rapides, caractéristiques propres à une personnalité individuelle. Les aspects entre planètes lentes, de par le temps nécessaire à leur formation, doivent être considérés comme des aspects de génération, marquant une société et une génération plutôt qu’un  individu en particulier.

Astéroïde

C’est le nom donné à de petits astres dont la masse rocheuse est dépourvue d’atmosphère. Ils gravitent essentiellement à l’intérieur du système solaire, plus particulièrement entre les orbites de Mars et de Jupiter. Les plus connus sont : Chiron, Pallas, Junon, Vesta et Cérès (voir ces entrées).

Astrolabe

Instrument inventé par Hipparque (en 120 avant J.C), cet outil de navigation mesure l’angle formé par l’horizon et un corps céleste, donnant ainsi la latitude exacte d’un lieu.

Astrologie karmique

L’astrologie karmique utilise les Nœuds lunaires, la lune noire, les signes interceptés et les planètes rétrogrades comme autant d’outil dans la recherche du karma et du chemin de vie. Il ne s’agit pas d’une astrologie isolée, distincte de celle dite traditionnelle mais une astrologie apportant un éclairage supplémentaire indispensable pour comprendre le « pourquoi » nous sommes ici, pourquoi nous avons ce caractère et pourquoi nous vivons telle ou telle chose.

Axes

Un axe est constitué de deux signes (axe zodiacal) ou de deux maisons (axe sectoriel) qui sont opposés sur la roue et s’avèrent à la fois complémentaires et antagonistes. Ainsi l’axe Bélier/Balance ou l’axe Maison I/Maison VII.
L’étude des axes est riche en enseignement que ce soit au niveau symbolique et général ou au niveau individuel et prosaïque.

Voici un résumé succinct des 6 axes et leurs significations.

  • Axe Bélier ou maison I/Balance ou maison VII : soi et les autres, l’action individuelle et l’action en partenariat, la morale du sujet et la morale de la société (justice), les émotions individuelles et les émotions vécues à deux. L’axe concerne la vie sociale.
  • Axe Taureau ou maison II/ Scorpion ou maison VIII : les acquisitions et les pertes, l’acharnement et le renoncement, la fixité et la transformation, les gains personnels et les gains venant d’autrui, ce qu’on absorbe et ce qu’on rejette, ce qu’on construit et ce qu’on détruit. L’axe concerne la vie matérielle.
  • Axe Gémeaux ou Maison III/ Sagittaire ou Maison IX : les petits déplacements et les grands voyages, les idées de base et les idées conceptuelles (philosophie, religion, métaphysique), les proches et les étrangers, la communication et la réflexion. L’axe concerne la vie intellectuelle.
  • Axe Cancer ou Maison IV/ Capricorne ou Maison X : les origines et le but, l’hérédité et ce qu’on transmet, le départ et l’arrivée, le rêve et la réalisation, l’enfance et la vieillesse. L’axe concerne le chemin de vie, le destin.
  • Axe Lion ou maison V/ Verseau ou Maison XI : l’amour et l’amitié, la création et la diffusion, le désir et le platonisme, le plaisir et les espérances, l’affirmation du moi et le dévouement à autrui. L’axe concerne la vie affective.
  • Axe Vierge ou maison VI/ Poissons ou Maison XII : l’hygiène de vie et la médecine, la raison et la folie, ce qu’on s’oblige à faire et ce que la vie nous impose, le quotidien et l’extraordinaire, les petits bobos et les grandes maladies, le service et l’héroïsme. Notre place dans le monde et hors de celui-ci. L’axe concerne la vie transcendantale et tout ce qui peut y amener, la santé, les épreuves, les obligations.

On remarquera que l’on peut aussi raisonner en terme d’axes planétaires, retrouvant le même schéma d’opposition/complémentarité avec comme leçon unique de savoir trouver un équilibre, un juste milieu en toute chose, valeur propre à la Balance qui de par sa position scinde le zodiaque en deux. Les axes planétaires découlent des axes zodiacaux et sectoriels et sont traditionnellement les suivants :

  • Mars/Venus (la guerre et la paix, l’action et la passivité, le désir et le plaisir)
  • Venus/Pluton (le romantisme et la sexualité, la simplicité et la complexité, la recherche de compris et la recherche d’authenticité)
  • Mercure/Jupiter (l’éparpillement et la synthèse, la légèreté et la pesanteur, la superficialité et la profondeur)
  • Lune/Saturne (le rêve et la réalité, la jeunesse et la vieillesse, le début et la fin de vie, le potentiel et la réalisation)
  • Soleil/Uranus (le pouvoir et la révolte, ce qu’on crée et ce qui vient à nous, les actes et les projets)
  • Mercure/Neptune (les connaissances et la foi, le prosaïque et le sacré, le mouvement réel et les voyages de l’esprit)

D’autres combinaisons, moins traditionnelles, peuvent être tentées et sont assez édifiants sur la parfaite imbrication des valeurs astrologiques qui sont toutes liées d’une quelconque façon (ainsi on peut s’interroger sur le binôme Mercure/Uranus ou Soleil/Lune ou même encore intégrer les astéroïdes).

Axe du dragon

L’axe du dragon est formé par les deux nœuds lunaires : le Nœud Nord (la tête du dragon) et le Nœud Sud (la queue du dragon). Il est aussi appelé axe nodal. La position des Nœuds lunaires dans un thème nous renseigne sur les vies antérieures du sujet par le biais d’une interprétation karmique.

Certains astrologues non karmiques utilisent toutefois également les Nœuds lunaires ; ils accordent alors au Nœud Sud une valeur de passé, de racine et d’inconscient tandis qu’ils voient dans le Nœud Nord une orientation de la conscience et un appel vers le futur.

L’axe nodal est déterminé par le point d’intersection entre l’orbite lunaire et le plan de l’écliptique.

Le mouvement des nœuds lunaires se fait à l’inverse des planètes : on parle de mouvement rétrograde.

La position du Nœud Nord dans un thème, renseigne sur celle du Nœud Sud, qui se trouve obligatoirement à son opposé exact (voir entrée Nœuds lunaires).

Retour à la table alphabétique

B

Bénéfique

Ce terme est employé traditionnellement pour exprimer un aspect harmonieux qui favorise l’influence mutuelle de deux planètes, dans un thème. On désigne ainsi les sextiles et trigones, ainsi que certaines conjonctions (et quelques aspects mineurs ou rares).

Cette qualification des aspects en « bénéfiques » ou « maléfiques » posent toutefois le problème d’un jugement de valeur sans doute trop hâtif car, dans le cas du carré notamment, il reste à définir exactement ce que l’on entend par maléfique ou négatif puisque sans carré, aucun effort (et sans doute aucune volonté de dépassement) ne saurait naître.

Retour à la table alphabétique

C

Cérès

L’astéroïde Cérès a été découvert en 1801. Il gravite entre les orbites de Mars et de Jupiter. Il possède une analogie symbolique avec le signe de la Vierge. De même, en mythologie, Cérès est la déesse des moissons. On peut entre autre dire qu’il représente l’intelligence mathématique et analytique, toutefois la richesse du symbolisme de Cérès ne doit pas être sous-estimé et les recherches continuent. On peut par exemple attribuer à cet astéroïde une valeur de « germination » et sa place dans le thème indique alors un secteur à mûrir, à faire « croître » mais qui peut au final donner de beaux fruits.

Chiron

L’astéroïde Chiron gravite entre les orbites de Saturne et d’Uranus. Dans la mythologie, Chiron était un centaure connu pour sa sagesse et sa patience. Doté de pouvoirs guérisseurs, il fut blessée par une flèche empoisonnée qui lui causer d’atroces souffrances. Il préféra renoncer à son immortalité plutôt que souffrir pour l’éternité.
En astrologie, c’est un symbole de sagesse (notamment médicinal) mais il signifie également la présence d’une épreuve ou d’une douleur à guérir.
On peut également dire  qu’il représente, en thème natal, notre part de dévouement et d’osmose à l’univers. Ainsi, les disciplines dites Chironiennes sont à la fois celles qui élèvent l’être humain mais tout en restant en harmonie profonde avec la nature : phytothérapie, médecines douces, yoga, écologie,… etc.

Flèche de Chiron

Chute

Une planète « en chute » se trouve dans le signe opposé à son lieu d’exaltation. C’est le cas de Vénus en Vierge ou de Mars en Cancer, par exemple. L’influence de la planète s’en trouvera amoindrie ou dénaturée. Pour reprendre un des exemples donnés, Mars en Cancer voit l’énergie du natif, non plus exprimée vers l’extérieur mais plutôt érigée en défense, en barrière de la personnalité. De même Vénus en Vierge peut confondre l’amour des gens avec l’amour des choses ou des idées (c’est ainsi que beaucoup de porteur d’une Vénus en Vierge sont des théoriciens, des amoureux de la forme et de l’idée mais souvent pris en défaut pour exprimer avec naturel les valeurs de don de soi et de réceptivité).

Conjonction

Voir entrée « Transits » et « Aspects »

Conversion des degrés

L’écliptique couvre 360° divisés en 30° pour chaque signe.
La conversion en temps se fait de la manière suivante :

360° = 24 heures
30° = 2 heures
1° = 4 minutes

La longitude d’un lieu peut donc se déterminer soit, en degrés soit, en temps.

Correspondance signe/planète

Chaque signe est « gouverné » par une planète, c’est à dire que c’est cette planète qui colore ce signe, lui donne ses attributs. Voire l’entrée Maître/Maîtrise.

Culmination

C’est la planète la plus proche du MC, c’est-à-dire la plus élevée. Elle a valeur de première dominante dans un thème astral car elle opère de manière capitale sur la vie et le destin de l’individu. La culmination d’une planète peut se faire à plusieurs dizaine de degré du MC, elle n’en perd pas moins sa puissance.

Cuspide

La cuspide est la pointe, le commencement d’une maison, aussi nommé secteur. Certaines cuspides revêtent une importance particulière en astrologie, il s’agit des quatre cuspides qu’on appelle aussi Angles et que la tradition a de plus intitulé séparément : la cuspide de I est l’Ascendant (abrégé ASC), la cuspide de IV est le Fond de Ciel (FC), la cuspide de VII est le Descendant (DS) et la cuspide de X est le Milieu de Ciel (MC). Toute planète conjointe à un angle devient dominante du thème.

Cycle planétaire

Le cycle d’une planète est le temps qu’elle met pour revenir à un point donné ou encore reformer un aspect. L’exemple le plus concret est celui du soleil qui met 365 jours et environ 5 heures 50 pour accomplir son cycle (soit un an durant lequel il aura transité tous les signes).
On pourra aussi parler par exemple du retour de Saturne sur lui-même (c’est-à-dire quand Saturne transit revient sur la position qu’il occupait à la naissance) qui s’effectue vers 29 ans et demi pour tout le monde. On pourra enfin évoquer les aspects récursifs que forment ponctuellement les planètes lentes entre elle et qui définissent des cycles historiques.
Les cycles planétaires constituent donc une horlogerie immuable au point de vue cosmique qui rythme nos vies individuelles au même titre que l’humanité et l’univers lui-même. Au niveau individuel, on notera qu’un Uranien sera plus sensible aux cycles d’Uranus au même titre qu’un Saturnien à ceux de Saturne.
On se sert par ailleurs des cycles comme une base de travail essentielle en astrologie mondiale, sachant par exemple qu’un cycle Jupiter / Neptune (quand les deux planètes entrent en conjonction) se forme tous les 13 ans environ et est annonciateur de changement politique profond (les Première, Troisième, Quatrième et Cinquième République Française se sont constituées lors de ce cycle et le dernier a débuté en avril 2022).
Évidemment, on tiendra toujours compte du contexte général astrologique de chaque cycle pour l’interpréter au mieux.
Précisons enfin que notre expérience nous montre que les climats généraux sont déterminés par les cycles sans aspect de Jupiter et Saturne, c’est-à-dire par l’occupation de ces deux planètes dans le zodiaque: ainsi Jupiter en Balance et Saturne en Cancer, même s’ils ne forment pas d’aspect de carré réel (écart de 88 à 92°) doivent être considéré en carré parce que les signes qu’ils occupent le sont sur la roue. Ces cycles sans aspects sont plus générateurs d’un climat que d’événements réels, subordonnés quant à eux aux transits effectifs.

Retour à la table alphabétique

D

Dignité/Débilité

Une planète est dite en Dignité si elle se trouve dans son signe de Domicile ou d’Exaltation. Elle est par contre en Débilité si elle se situe dans son signe d’Exil ou de Chute.
Ce système sert à avoir une première vision, assez simpliste toutefois, de l’état des planètes. La tradition nous enseigne qu’une planète en Domicile ou en Exaltation est épanouie et bénéfique tandis qu’une planète en Exil ou en Chute serait contrariée et négative. Il semble toutefois utile de nuancer ces notions manichéennes.

Nous dirons donc qu’une planète en Domicile (autre façon de signifier qu’elle se trouve dans le signe qu’elle gouverne, dont elle est Maîtresse) peut exprimer tout son potentiel sans effort : le sujet développe naturellement les qualités de la planètes à moins d’aspects contraires la touchant.

Une planète en Exaltation se trouve dans un signe qui lui permet également de développer sans effort son potentiel mais elle sera influencée par la « personnalité » du signe dans lequel elle se positionne (ainsi la Lune s’exprime sans difficulté dans le Taureau mais elle le fera en empruntant des voies vénusiennes : cela peut par exemple signifier que la sensibilité s’exprimera sans heurt dans les domaines sentimentaux et artistiques).

Une planète en Exil sera contrainte d’assimiler les valeurs du signe où elle se trouve avant de pouvoir s’exprimer. La chose étant souvent difficile puisque la planète se trouve précisément dans un signe dégageant des valeurs contraires aux siennes, il est fréquent que la planète contrariée érige par défense un certain nombre de barrières destinées à se protéger de l’influence de sa position. L’énergie de la planète est alors difficile à atteindre et cela ne deviendra possible que si le sujet fait un travail sur lui-même pour équilibrer les forces contradictoires et parvenir à un juste milieu (Ainsi la personne ayant Saturne en Cancer peut manquer de volonté, de persévérance, d’ambition ou de constance et il sera nécessaire qu’elle tente de concilier les valeurs lunaires du Cancer et les valeurs saturniennes en essayant par exemple de travailler chez soi, de puiser son ambition dans le regard de sa famille…etc.)

Une planète en Chute sera peu ou prou pervertie, c’est-à-dire qu’elle exprimera de travers ses qualités, ne sachant trop comment s’y prendre. Il y a également un long travail d’acceptation à faire sur soi mais là encore, la synthèse n’a rien d’impossible. Le signe de chute d’une planète représente une différence d’objectif entre la planète et le signe qu’elle occupe, chacun allant dans une direction différente et induisant un tiraillement intérieur. Il est avant tout important que le sujet accepte sa différence, son côté « hors-norme » et il pourra ensuite transformer cette particularité en atout (ainsi Vénus en Vierge ne semble pas faite pour l’amour, toutefois si le sujet sait tempérer son excès de prudence et de rationalisme, il pourra être réputé pour sa gentillesse et sa constance au quotidien, il en est de même pour Mars en Cancer qui, en dépassant l’inertie qui le guette peut devenir un véritable bourreau de travail alliant la ténacité du Cancer et l’énergie de Mars).

Ce système doit dans tous les cas être envisagé à titre informatif plus qu’utilitaire car il pose un certain nombre de problèmes :

  1. Le système a du évoluer et changer avec l’arrivée des trois dernières planètes de notre système solaire : ainsi Uranus est en domicile en Verseau mais avant 1781, le Verseau avait pour seul maître Saturne.
  2. Le système parait assez incohérent pour les luminaires et Mercure : Ainsi tous les natifs du Verseau aurait leur Soleil en Exil, ce que la pratique contredit puisque le Verseau est au contraire souvent plein de vitalité, cherche le pouvoir et est naturellement généreux. Le problème est le même pour la Lune et Mercure qui, selon le signe où ils se trouvent, représentent des types d’émotivité et d’intelligence différents mais sans qu’il soit possible d’établir une échelle qualitative (ou une hiérarchie) de ces émotions et systèmes de pensées.
  3. Le système doit absolument être étayé par l’étude détaillée des aspects touchant la planète envisagée : en effet, une planète aura beau être en domicile, elle restera problématique si elle est agressée de toute part ; de même à l’inverse avec une planète soit disant en Chute par exemple mais recevant en parallèle une série d’aspect très positifs.

Les dignités et débilités de chaque planète sont consultables à l’entrée « Planètes » de ce lexique.

Dissonance

On utile le terme de « dissonance » quand il concerne une ou plusieurs planètes en aspect conflictuel (une opposition ou un carré). Les astrologues préfèrent en général cette dénomination moderne à celle Bénéfique/Maléfique, toutefois, elle reste à notre avis superflu car chaque aspect devrait sans doute être jugé en tant que tel, et non pas « catégorisé » d’office.

domicile

Domicile

Une planète « en domicile » se trouve dans le signe dans lequel elle exprime naturellement sa domination, le lieu qui lui correspond le mieux. Cette position valorise son influence et la rend plus importante. La planète est dite Maître ou Gouverneur du signe. Les valeurs de la planète s’exprime alors pleinement et facilement et pour peu que d’autres facteurs la valorisent (angularité, culmination, conjonction à une dominante ou un luminaire, position en secteur I), une planète en domicile peut facilement accéder au rang de dominante du thème puisqu’elle se trouve dans une position « de force ».

Dominantes (méthode appliquée sur ce site)

Nous retiendrons par ordre (selon que la configuration envisagée existe ou pas dans le thème) :

  1. En premier lieu, nous retiendrons systématiquement la planète culminante du thème, c’est à dire celle étant la plus proche du Milieu de Ciel, quelque soit la distance qui les sépare.
  2. Les planètes angulaires, autrement dit conjointes (10°) au MC, ASC, DESC et FC (par ordre décroissant d’importance)
  3. Les planètes maitresse d’un amas
  4. Les planètes situées en Maison I
  5. Les planètes conjointes au Maître d’Ascendant
  6. Les planètes conjointes à un luminaire en prenant garde de ne valoriser mercure et Vénus (Toujours très proches du Soleil) que si ces dernières se singularisent en plus par une autre configuration spécifique tel qu’une angularité)
  7. Les planètes conjointes au Nœud nord ou en domicile sont souvent des sous-dominantes.

Dominantes (traditionnelles)

Les dominantes d’un thème sont les éléments les plus saillants d’un thème, ceux qui vont prendre une importance capitale dans l’interprétation et colorer l’ensemble des autres facteurs astrologiques qu’on devra considérer comme plus ou moins inféodés aux dominantes. Il existe de nombreuses écoles pour calculer les dominantes et les débats à ce sujet semblent sans fin. Nous considérons quant à nous que l’astrologue doit moduler sa méthode en fonction de sa pratique. On retiendra toutefois trois méthodes principales.

La première a été systématisée par Hadès et semble efficace dans la plupart des cas de figure. Elle consiste à déterminer une dominante et des sous-dominantes planétaires. Seront retenues comme dominantes la planète culminante ( la plus proche du MC) en premier lieu, puis les planètes conjointes aux luminaires, au maître de l’ascendant et enfin les planètes dites angulaires, c’est-à-dire conjointe aux Angles, par ordre décroissant d’importance : l’ascendant, le descendant et le fond de ciel.
On ajoutera en matière de co-dominante toute planète occupant seule un hémisphère (que ce soit Nord/Sud partagé par l’axe MC/FC ou Est/Ouest partagé par l’axe ASC/DS)

La seconde, développé par André Barbault consiste à déterminer une ou deux dominantes composées chacune par l’alliance d’une planète forte et d’un signe mis en valeur (par ex dominante Saturne/Balance pour Louis XIII), la méthode est plus intuitive, elle fait appel au nombre d’aspect et à la qualité des aspects fait par une planète, elle est réservé à des astrologues plus avertis qui « ressentent » l’orientation général d’un thème.

La dernière, fruit du travail de Martine et Danièle Barbault, tente de dégager des aspects dominants et est également très intéressante puisqu’elle envisage les dominantes de façon dynamique et évolutive (Le sujet est pris dans la dynamique d’aspects dominants qu’il va plus ou moins bien vivre selon son degré d’évolution propre).

Chaque technique possédant ses avantages et inconvénients, il serait vain de vouloir à tout prix en préférer une plutôt qu’une autre : c’est en fonction du thème à étudier qu’il faut moduler son analyse et choisir la méthodologie la plus appropriée.

Nous ajouterons en notre nom propre qu’il semble intéressant de qualifier les différentes dominantes qui apparaissent. Ainsi une planète culminante influencera avant tout le domaine concerné par la maison où elle se trouve (Une dominante en X influencera la vie professionnelle tandis qu’elle sera mise en exergue au niveau spirituel si elle culmine en Maison IX). Il en est de même pour un signe comprenant un amas : on nuancera l’interprétation selon qu’un amas en Cancer par exemple se positionne en maison VII (le sujet sera très cancérien dans sa vie sociale et amoureuse) ou en maison VI (il sera surtout cancérien au niveau professionnel). On fera le même travail de distinguo avec un aspect dominant (dans quel secteur se positionnent les planètes en jeu, un axe est-il mis en valeur ?…). Enfin, on n’oubliera pas de prendre en compte la dominante élémentaire qui se calcule très simplement en dénombrant les planètes au sein de chaque élément (exemple, une dominante Terre est constituée par une forte occupation des signes du Taureau, de la Vierge et du Capricorne).

Retour à la table alphabétique

E

Encadrement

La technique des encadrements astrologiques existe depuis les origines assyriennes. Elle participe au principe astrologique de base énonçant que tout facteur du thème est influencé par les autres. Ainsi, la signification d’une planète ou d’un point fictif sera modifiée et enrichie par les points astrologiques qui précèdent et qui suivent.
Les encadrements sont utiles en astrologie individuelle, notamment pour l’encadrement des angles, des dominantes, des luminaires et du maître d’ascendant. Ainsi, le MC encadré d’Uranus et Pluton peut par exemple indiquer une destinée professionnelle dans l’astrologie (Uranus, planète de l’astrologie et Pluton, planète de l’ésotérisme).
Toutefois, le principal intérêt des encadrements nous semble résider dans leur utilisation en astrologie mondiale car ils représentent par excellence « des climats » qui vont provoquer des mouvements de masse.

Écliptique

C’est le terme utilisé pour décrire la trajectoire apparente du Soleil autour de la Terre en une année. Durant sa course, le Soleil traverse les constellations, dont le nom est commun à chaque signe zodiacal. Le plan de l’écliptique coupe l’équateur céleste (le prolongement dans l’espace de l’équateur terrestre) en deux points. Ces deux points correspondent à l’équinoxe de printemps (appelé point vernal ou point gamma) et l’équinoxe d’automne. Sur la roue zodiacale, ces points coïncident avec le premier degré du Bélier et le premier degré de la Balance.

Plan de l'ecliptique

État céleste/état terrestre

L’état céleste d’une planète est sa qualité à un moment donné et par rapport aux autres astres mouvants du ciel : si une planète reçoit, par son mouvement céleste, plus d’aspects faciles que d’aspects tendus, on dira, pour schématiser, que son état céleste est bon, dans le sens inverse que la planète est agressée, dissonante ou que son état céleste est mauvais.
L’état céleste est l’état général d’une planète à un jour et une heure donnés et est indépendant des facteurs d’un quelconque thème de naissance.
Il suffit de disposer d’éphémérides pour déterminer l’état céleste d’une planète. A l’inverse, les aspects formés entre une planète en mouvement, en transit, et les facteurs d’un thème radix forment l’état terrestre d’un point astrologique.
Il est toujours utile, pour interpréter l’action d’une planète à un moment précis de tenir compte de son état céleste : si la planète s’avère dissonante, l’astre jouera essentiellement négativement et les bons aspects formés seront plus négligeables. Parallèlement, les effets des mauvais aspects formés par une planète en état céleste harmonieux sont moindres.
Pour résumer à l’extrême, l’état céleste représente donc « l’humeur » d’une planète et va déterminer si celle-ci va donner le meilleur ou le pire d’elle-même.

Exaltation

Une planète en exaltation désigne une valorisation de celle-ci par le signe dans lequel elle se trouve. L’exaltation d’une planète amplifie, de façon significative, ses influences bénéfiques. On dit qu’elle est « dignifiée ». Il ne faut pas accorder trop d’importance à l’exaltation (comme à la chute et à l’exil d’ailleurs) mais cela peut aider à interpréter un thème en jugeant de la facilité d’une planète à s’exprimer, ou pas.

Exil

L’exil d’une planète correspond à sa position dans le signe opposé à son domicile. Par cette position, l’influence de la planète se trouve contrariée et mal à l’aise. On dit que la planète est « affligée ». Outre l’impression assez péjorative que rende ses termes employés encore une fois traditionnellement, l’exil représente une sorte d’inversion (et parfois d’aversion) pour les valeurs de la dite planète. Ainsi, Mars, en exil dans la Balance, rend le porteur d’une tel configuration très pacifique puisque la chute de Mars (la violence, la conquête, la bataille, la rivalité) dans le signe doux et conciliant de la Balance semble « inverser » les valeurs planétaires.

Retour à la table alphabétique

F

Feu

Définition à venir

Retour à la table alphabétique

G

Géocentrisme

L’astrologie est basée sur une approche géocentrique, c’est-à-dire, un point de vue qui prend la terre comme point central pour calculer une longitude. Elle se fonde sur le mouvement des planètes, vu de la terre. C’est ainsi qu’un thème de naissance nous indique l’état du ciel au moment précis (heure, jour, mois, année et lieu) où un individu voit le jour.

Retour à la table alphabétique

H

Héliocentrisme

Par opposition au géocentrisme, l’héliocentrisme prend le Soleil comme point central pour le calcul de la longitude. Dans ce cas, c’est donc le mouvement des planètes autour du Soleil qui est prit en compte pour l’établissement d’un thème astral.

Hémisphère

De même qu’il existe deux hémisphères terrestres (Nord et Sud), la sphère céleste (voir entrée) est, elle aussi, coupée en deux par l’équateur, l’hémisphère céleste Nord qui contient les 6 premiers signes du zodiaque (du Bélier à la Vierge) et l’hémisphère céleste Sud comprenant les 6 derniers signes (de la Balance aux Poissons).

Horoscope

L’horoscope est l’ensemble des prévisions que l’on peut tirer d’après un thème natal. Aussi l’étude d’une révolution solaire, des transits sur un jour, un mois ou une année, d’un thème progressé (ayant recours aux directions progressées) comme les prédictions que l’on peut faire seulement d’après les positions planétaires natales (qui resteront des prévisions générales non précisément datées) sont, par définition des horoscopes.

Retour à la table alphabétique

I

Retour à la table alphabétique

J

Jupiter

Domicile : Sagittaire

Exil : Gémeaux

Exaltation : Cancer

Chute : Capricorne

Planète provoquant l’abondance, l’expansion et la réussite, il met en exergue l’épanouissement.

Il symbolise ceux qui détiennent un pouvoir spirituel, judiciaire ou intellectuel (médecin, cardinal, juge…), les gens fortunés, les protecteurs et les penseurs.

Mots clés : réussite, chance, générosité, excès, esprit de synthèse, démonstration, jovialité, sagesse, dévouement, arrogance, orgueil, autoritarisme, ostentation, caractère envahissant et sans-gêne.

Jupiter contrôle le foie, la vésicule et les cuisses.

Retour à la table alphabétique

K

Retour à la table alphabétique

L

Lune

Domicile : Cancer

Exil : Capricorne

Exaltation : Taureau

Chute : Scorpion

Planète qui provoque des changements et met en exergue l’émotivité.

Symbolise la fertilité, la mère, la famille, la femme, le peuple.

Mots clés : versatilité, imagination, réceptivité, émotion, mémoire, mystère, crainte, naissance, passivité, popularité, tranquillité, sensibilité, anxiété, caprices, velléités, inconstance.

La lune contrôle l’estomac, les seins et l’utérus.

Luminaire

Le terme de luminaire est employé pour désigner la lune ou le soleil, les deux quand on parle « des luminaires ».

Retour à la table alphabétique

M

Maisons

Voir entrée « Secteurs »

Maisons dérivées

Méthode développée par Eudes Picard dans les années trente, la technique des maisons dérivées consiste à tirer d’un thème natal de nouvelles informations en déterminant un nouvel ascendant à partir du secteur natal qu’on veut étudier en détail.

Si on s’intéresse par exemple au conjoint, la maison VII natale deviendra la maison I dérivée tandis que la VIII deviendra la II dérivée, la IX, la III dérivée, etc. Ainsi on sera renseigner sur les finances du conjoint en étudiant la deuxième maison en partant de la VII, soit la VIII, ce qui garde une certaine cohérence puisque la VIII natale concerne l’argent dont on profite sans fournir d’effort. On sera renseigné sur ses frères et sœurs en étudiant la IX natale et ainsi de suite. Cette méthode semble cependant avoir rapidement ces limites dans le sens où elle semble « figer » la vie d’un individu en lui promettant toujours un même type de partenaire par exemple. Si on ne peut nier qu’il existe toujours une sorte de fil d’Ariane dans nos vie et que, il n’est par rare par exemple, de trouver des similitude troublante dans la vie de nos différents partenaires, cette méthode devra rester une aide théorique dans l’interprétation et ne pourra jamais être utilisée sans le recours aux analyses astrologiques traditionnelles.

Maître/Maîtrise

Tout point astrologique est en analogie traditionnelle avec d’autres. Chaque planète colore un signe et une maison. On dit que cette planète est le maître du signe ou de la maison.

Voici la liste de ces correspondances et maîtrises :

  • Mars/Bélier/Maison I
  • Venus/Taureau et Balance/Maison II et VII
  • Mercure/Gémeaux et Vierge/Maison III et VI
  • Lune/Cancer/Maison IV
  • Soleil/Lion/Maison V
  • Pluton/Scorpion/Maison VIII
  • Jupiter/Sagittaire/Maison IX
  • Saturne/Capricorne/Maison X
  • Uranus/Verseau/Maison XI
  • Neptune/Poissons/Maison XII

Dans le cadre du thème d’une personne, chaque maison a son propre maître selon le signe où tombe la cuspide de cette maison. Par exemple, si l’ascendant est en Gémeaux, le maître de la Maison I est Mercure. Le maître terrestre (en thème radix) de la Maison I est Mercure mais son Maître céleste reste bien sûr Mars dont on tiendra compte, notamment en ce qui concerne la vitalité.

L’interprétation des maîtres de maison dans le thème apporte un éclairage intéressant dans les incidences intersectorielles qui existent, de façon personnelle, dans chaque thème. Ainsi, si le maître de II est en V, on saurait d’ors et déjà que la motivation de gagner de l’argent passera par l’envie de s’amuser, de faire plaisir, de gâter ses enfants ou son/sa partenaire. Si le maître de II se trouvait plutôt en X par exemple, cela signifierait que les gains sont au service de la réussite socioprofessionnelle.
On retiendra pour l’interprétation que le signe dans lequel se trouve un maître de maison influence aussi sa signification (le maître de III en Gémeaux rend très adaptable et opportuniste tandis qu’il à tendance à figer l’individu dans la routine en Taureau).

Mars

Domicile : Bélier

Exil : Balance

Exaltation : Capricorne

Chute : Cancer

Planète poussant à l’initiative, au courage parfois à la violence et mettant en exergue l’action.

Symbole les personnes versées dans l’action, la guerre, le militantisme, les gens agressifs, entreprenants ou sportifs, l’amant, le rival.

Mot clés : combustion, impulsivité, témérité, compétition, conquête, activité, franchise, primarité, expérimentation, brutalité, bestialité, cruauté, égoïsme, imprudence, insolence, jalousie, moquerie, tyrannie.

Mars contrôle la tête, la face, la mâchoire, les muscles, le nez et l’odorat.

Mercure

Domicile : Gémeaux/Vierge

Exil : Sagittaire/Poissons
Exaltation : Vierge

Chute : Poissons

Planète qui provoque la dualité, qui dédouble et met en exergue le rationnel.

Symbolise les frères et soeurs, les proches, les intellectuels, les différents modes de communications, les adolescents.

Mots clés : Mobilité, relations, échange, ingéniosité, études, adresse, souplesse, adaptabilité, curiosité, juvénilité, nervosité, sociabilité, nuances.

Mercure contrôle la circulation, les mains, les bras, les poumons, les nerfs et la moelle épinière.

Retour à la table alphabétique

N

Nadir

Autre nom donné au Fond de Ciel, correspondant au début de la Maison IV, elle même gouvernée par la Lune.

Neptune

Domicile : Poissons

Exil : Vierge

Exaltation : Lion

Chute : Verseau

Planète provoquant confusion et illusion met mettant en exergue la spiritualité et la transcendance ou la fuite du réel.

Il symbolise tout à la fois les escrocs,les traîtres, les anarchistes, les drogués, les alcooliques, les gens de l’ombre et les gens dévoués à l’humanité ou vivant au travers leur intuition (comme les musiciens ou les médiums).Il symbolise également les gens de la mer et les mystiques.

Mots clés : communion universelle, mysticisme, secrets, mirage, confusion, chaos, platonisme, intuition clairvoyante, grandeur d’âme, exaltation, perception, instabilité.

Neptune contrôle les pieds, les chevilles et les lymphes.

Nœuds lunaires

Du point de vue de l’Astrologie Karmique, le Nœud Sud (queue du dragon) est le porteur de nos hérédités personnelles, notre héritage passé.
Le Nœud Nord (tête du Dragon), quant à lui, représente ce vers quoi nous aspirons, notre projet futur, les leçons de vie qui devront être assimilées dans cette existence.
Les Maisons dans lesquelles se trouvent les Nœuds nous renseignent sur le domaine concernant nos actes passés et ceux, à venir.
Les signes où se positionnent les Nœuds nous informent sur la nature de ce qui a été réalisé dans nos vies antérieures ainsi que sur la nature de ce qu’il nous faut réaliser dans le futur. (Voir en complément entrées « Astrologie karmique » et « Axe du dragon »)

Retour à la table alphabétique

O

Opposition

Voir entrée « Transits » et « Aspects »

Orbe

En astrologie, on admet qu’un aspect entre 2 planètes ne peut pas forcément être exacte. L’orbe est le terme employé pour désigner cet écart toléré (en degrés).
Deux méthodes existent.

La première détermine l’acceptation des orbes en fonction du type d’aspect, c’est la méthode la plus courante mais il s’agit d’une méthode simplifiée ne devant pas être appliquée à la lettre. La voici :
10° d’orbe pour les aspects de conjonction (12° si l’aspect concerne un des luminaires).
8° d’orbe pour les aspects de sextile, carré et trigone.
4° d’orbe pour les aspects d’opposition.
Toutefois, l’aspect formé par 2 planètes se révélera plus significatif qu’il est exact.

La seconde méthode détermine les orbes en fonction des planètes en jeu par rapport à l’aspect envisagé (au degré exact).
Elle est un peu plus difficile à mettre en place mais c’est la méthode originelle (rappelons que le mot orbe signifie à la base « aura des planète ») et se réfèrent donc bien à la puissance de chaque planète plus qu’à celle de chaque aspect. La voici :
12° d’orbe concernant les aspects au Soleil.
10° d’orbe pour les aspects à la Lune (et sans doute de la Lune noire)
8° d’orbe pour les aspects à Mars, Mercure et Vénus.
6° d’orbe pour les aspects à Jupiter et Saturne.
3° d’orbe pour les aspects à Uranus, Neptune et Pluton.

Orbite

Ce terme désigne la trajectoire décrite par une planète dans son mouvement de rotation autour d’un autre corps céleste, décrivant ainsi une forme elliptique autour de celle-ci.
Une planète est dite, à son aphélie quand elle se trouve à son point le plus éloigné du soleil. A l’inverse, son point le plus proche est appelé périhélie.

Retour à la table alphabétique 

P

Part de fortune

Les parts sont des points fictifs d’un thème dont la plus connue est la Part de fortune.
On calcule sa position exacte en effectuant ce simple calcul :
Longitude ASC + longitude Lune – Longitude Soleil
On obtient ainsi le point précis occupé par la Part de fortune sur un thème astral.
L’influence de la Part de fortune est encore sujet a beaucoup d’interrogations bien que, d’une manière générale, on assimile ses pouvoirs à ceux de Jupiter. La maison dans laquelle se trouve la Part de fortune (ainsi que son éventuelle conjonction à d’autres planètes) indique le domaine où notre épanouissement sera le plus significatif.
Une controverse existe quant à savoir s’il faut ou non changer la méthode de calcul des parts selon une naissance diurne ou nocturne. Bien que la tradition enseigne cette méthode, on peut se demander ce qui la justifie.

Planètes (nature et vitesse)

Les planètes rapides :

Les planètes rapides, ont une action éphémère dans les signes traversés La durée de leur révolution sidérale est inférieure à 2 ans. C’est le cas du Soleil, de la Lune, de Vénus, de Mercure et de Mars.

Les planètes lentes :

Les planètes lentes jouent un rôle déterminant dans les signes qu’elles traversent puisqu’elles y séjournent de façon durable et donc, les marquent de manière importante.
Sont considérées comme planètes lentes, celles qui mettent plus de 10 ans à effectuer leur révolution sidérale complète : Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton.

Planète angulaire

Une planète dite angulaire est une planète conjointe à l’un des 4 angles d’un thème (MC, Asc, Desc ou FC) ce qui lui confère une valeur de dominante. Elle exercera son influence de manière plus importante, surtout si son angularité concerne le MC (action sur l’existence) ou l’Ascendant (action sur le tempérament).On admet jusqu’à 12° d’orbe lors d’une conjonction entre une planète et un angle.

Pleine Lune

D’un point de vue astrologique, elle correspond à une opposition Soleil-Lune. Cette opposition indique un conflit personnel, une dissension entre nos valeurs conscientes et inconscientes ou encore entre nos valeurs masculines et féminines. Ce conflit résolu, les porteurs d’une pleine lune natale peuvent réaliser de grandes choses puisqu’il bénéficie d’une sorte d’équilibre exceptionnel entre les deux luminaires.

Pluton

Domicile : Scorpion

Exil : Taureau

Exaltation : Bélier

Chute : Balance

Planète provoquant des remises en questions, des interrogations et mettant en exergue la nécessité du renouvellement et le besoin d’intensité.

Il symbolise ceux qui s’occupent de la mort, des choses occultes ou secrètes, ceux qui se spécialisent dans les investigations complexes et s’occupent de choses taboues ou dangereuses.

Mots clés : passage dans un autre monde, mutation, fascination, instinct, curiosité, régénération, volonté farouche, destruction, perversion, intensité, vie et mort, sexualité, défi, surpassement, exploration, transformation, individualité, magnétisme.

Pluton contrôle le sexe.

Points fictifs

Les points fictifs sont des facteurs astrologiques importants n’ayant pourtant pas d’existence astronomique réelle. Ils sont issus de calcul d’après la position de corps eux bien concrets. Par exemple, les Nœuds lunaires sont déterminées en calculant le point d’intersection entre l’orbite lunaire et le plan de l’écliptique. Les points fictifs les plus usités sont les Nœuds lunaires (Nord et Sud), la Lune noire et la Part de fortune mais il en existe des centaines d’autres dont l’utilité comme l’interprétation sont encore à prouver.

Point vernal

L’intersection entre l’équateur céleste (qui sépare géométriquement notre planète en deux sans tenir compte de son inclinaison) et de l’écliptique est appelé « point vernal » et correspond à 0° du Bélier, soit au début de notre roue zodiacale qui en comprend 360 (voir aussi Débutant-leçon 1).

Précession des équinoxes

Elle correspond à une modification lente, mais certaine, de la position terrestre dans l’espace. En effet, la Terre n’est pas une sphère parfaite : elle est aplatie au niveau des pôles, ce qui provoque un pivotement de son axe. De ce fait, le Terre recule d’un degré tous les 72 ans. Par ailleurs, il existe une autre modification, appelée nutation, et qui se base sur le fait que la Terre subit une ondulation de la direction de son axe. La nutation de la Terre se produit tous les 18 ans, environ.

Retour à la table alphabétique

Q

Quartier de la Lune

Les quartiers correspondent aux 4 phases de la Lune.
Premier quartier : la distance angulaire Lune-Soleil dans l’ordre des signes zodiacaux) est inférieure ou égale à 90°.
Second quartier : dans les mêmes conditions, distance comprise entre 90° et 180°.
Troisième quartier : distance comprise entre 180° et 270°.
Quatrième quartier : distance comprise entre 270° et 360°.

Quintile

Faisant partie des aspects rares, le quintile se forme entre deux planètes à 72° l’une de l’autre. Cet aspect est l’indicateur d’une créativité accrue, le domaine de cette créativité étant déterminé selon la position en maison des planètes concernées.

Retour à la table alphabétique

R

Réception réciproque

Il y a réception réciproque entre deux planètes lorsque celles-ci échangent mutuellement leur domicile (Lune en Bélier et Mars en Cancer, par exemple).

Réceptivité

Elle correspond dans un thème, soit à une dominante lunaire ou neptunienne, soit à une forte occupation des signes du Cancer et/ou des Poissons. Cette réceptivité peut parfois aboutir à des dons confinant à la voyance car l’intuition et la perception des choses invisibles s’en trouvent décuplés.

Résonance

On parle de résonance quand, durant l’étude d’un thème ou d’une synastrie, un certain nombre de facteur semble se faire écho, soit par leur similitude soit par leur complémentarité.

Si par exemple on a un amas en Verseau chez une personne et une dominante Solaire chez une autre, il y aura d’emblée une résonance entre ces personnes car leurs rapports seront sans doute placés dans le cadre de l’axe Verseau/Lion (le soleil étant le maître du Lion). Il sera donc évident que ces deux personnes se sauraient être indifférents l’une à l’autre, leur rapport d’entente ou de tension étant par la suite déterminée par le restant de leurs thèmes.

On peut trouver également à l’intérieur même d’un thème radix des résonances entre domaine. Par exemple si la maison XI est en Scorpion tandis que Pluton , maître du scorpion est en IX, il y a résonance entre les maisons XI et IX, c’est-à-dire entre la vie amicale et la vie spirituelle qui seront d’une quelconque façon liées.
L’étude des résonances est surtout intuitive et permet de comprendre « le sens d’un thème », sa direction, son élan et, par là, de pouvoir éviter certains pièges d’interprétation.

Rétrogradation

On nomme rétrogradation le mouvement apparent d’une planète qui semble reculer, aller à l’inverse du sens zodiacal. (Voir exceptions dans « transits »).

Retour à la table alphabétique

S

Saturne

Domicile : Capricorne

Exil :Cancer

Exaltation : Balance

Chute : Bélier

Planète qui provoque des difficultés, des obstacles et met en exergue l’expérience et la maturation.

Il symbolise les gens déterminés faisant du temps leur allié et vivant souvent reclus (chercheurs, écrivains, ermite…), les érudits, les personnes âgés, les solitaires.

Mots clés : finition, enfermement, épreuves, construction, fin des choses, concentration, fatalité, temps, morosité, ambition élevée, planification, économie, austérité, constance, logique, méthode, minutie, persévérance, profondeur, froideur, cartésianisme, inhibition, intolérance, hypocrisie, haine, scepticisme.

Saturne contrôle les os, le squelette et la colonne vertébrale, les dents, l’ouïe, la rate.

Secteurs (ou « Maisons »)

Les secteurs terrestres, sont une division duodénaire de la roue zodiacale qui attribue à chaque secteur un domaine de prédilections et permet une lecture affinée des positions planétaires. En prévisionnel comme en caractérologie, une planète comme un point fictif sont toujours à la fois dans un signe ET dans une maison. Sous nos latitudes, les secteurs varient de 15 à 60° maximum. Plus un secteur est étendu et occupé, plus il prendra d’importance dans la vie du natif. Chaque maison est analogiquement reliée à un signe et à son maître, dans l’ordre du zodiaque (la maison I est en correspondance avec le Bélier et Mars, la maison II avec le taureau et Vénus…).

Le calcul de la position des maisons s’appelle Domification. Il existe plusieurs systèmes de domification. Les deux plus utilisés sont le système de maisons égales (divisions en 12 secteurs égaux de 30° chacun) et le système Placidus (qui tient compte de la latitude du lieu de naissance et aboutit à un découpage inégale sauf pour les naissances très proches de l’équateur).

L’étude des Maisons est essentielle et se fait à plusieurs niveaux. On étudie le signe de la maison, c’est-à-dire le signe où se trouve sa cuspide, on étudie son occupation par les facteurs astrologiques, sa taille, les aspects, surtout par conjonction, formés avec sa cuspide, la position et les aspects de son Maître (ex : la cuspide de la maison I est en sagittaire, le maître de la maison I est Jupiter. De fait, si Jupiter se situe, disons en secteur III et en Poissons, cela signifie pour le sujet intuition – valeur Poissons – et communicabilité – valeur mercurienne en analogie avec la maison III).
Voici quelques exemples :

Maison I (dont la cuspide est nommé ascendant) : Le moi extérieur, social. L’apparence générale, la santé générale et la vitalité en particulier, le corps, la personnalité. Bref, tout ce qu’un humain remarquera en premier lieu chez un autre être humain.

Maison II : les acquisitions, qu’elles soient matérielles (biens, richesse, gains) intellectuelles (connaissances, apprentissages) ou encore spirituelles (foi, illumination, révélations). Tout ce que l’on obtient grâce à un effort et que l’on peut faire fructifier et augmenter.

Maison III : les proches ( frères, cousins, voisins, collègues, camarades), les études de base, les contacts imposés, les petits déplacements, la communication et tous ces moyens (écrits, téléphone, conversation), les rencontres dues aux hasards, les facultés cérébrales innées ; tout ce qui permet, en fait, de grandir intellectuellement grâce à un apport extérieur ou une démarche de l’individu vers l’extérieur.

Signes cardinaux

Le zodiaque comporte quatre signes cardinaux : le Bélier, le Cancer, la Balance et le Capricorne. Ces signes coïncident chacun, au commencement d’une saison, ainsi qu’aux quatre Maisons Angulaires (M I, IV, VII, et X). Dans un thème astrologique, ils renseignent sur nos capacités d’entreprendre ou nos faiblesses en la matière.

Signes fixes

Les signes fixes désignent le milieu de chaque saison par l’intermédiaire des signes du Taureau, du Lion, du Scorpion et du Verseau. Ils apportent des indications sur nos qualités de constance ou d’instabilité, suivant les planètes qui les occupent. Les signes fixes trouvent leur concordance dans les 4 Maisons Succédentes (M II, V, VIII et XI).

Signes interceptés

Lorsqu’un signe du zodiaque n’accueille aucune cuspide (début d’une maison), on dit qu’il est « intercepté ». L’interception se fait toujours par axe (si un signe est intercepté, son opposé l’est aussi systématiquement).

Un axe intercepté représente un secteur obscur de notre personnalité, un ensemble de facultés bloquées, difficiles d’accès ou problématiques.

Signes mutables

Les signes mutables marquent la fin de chaque saison, représentées par les Gémeaux, la Vierge, le Sagittaire et les Poissons. Ces 4 signes représentent nos aptitudes (ou nos déficiences) d’évolution et d’adaptation selon les planètes qui les traversent. Ces signes mutables sont associés aux 4 Maisons Cadentes (M III, VI, IX et XII).

Significateurs

Les significateurs d’un domaine sont l’ensemble des facteurs astrologiques dont on doit tenir compte dans l’étude de ce domaine astrologique.

Soleil

Domicile : Lion

Exil : Verseau

Exaltation : Bélier

Chute : Balance

Planète qui vitalise, éclaire et met en exergue la passion.

Symbolise l’homme, le chef, le tuteur, le créateur, le mari, celui qui brille.

Mots clés : chaleur, amour, vitalité, force, rayonnement, volonté, croissance, gloire, fierté, loyauté, noblesse, arrogance, dédain, égocentrisme, susceptibilité.

Le soleil contrôle le cœur, la vue et le dos et les artères.

Solstice

Le solstice d’été se produit quand le Soleil se trouve à 0° du Cancer (le jour le plus long de l’année).
Le solstice d’hiver a lieu lors du passage du Soleil à 0° du Capricorne (le jour le plus court de l’année).

Sphère céleste

Il s’agit d’une sorte de prolongation de la sphère terrestre dans le ciel, permettant le calcul de la position des planètes en longitude et en latitude.

Synastrie

La synastrie est la méthode astrologique s’appliquant à déterminer les rapports qu’il existe entre deux personnes, que ce soit à travers une relation amoureuse, amicale, professionnelle, intellectuelle ou familiale. Le principe général consiste à superposer deux thèmes (Point vernal sur point vernal) et à déterminer ainsi la perception de l’un et de l’autre vis-à-vis de son partenaire.

On étudie les interaspects ( par ex, le soleil de Monsieur A à 10° Bélier va se retrouver opposé à la lune ou Vénus de Monsieur B si celle-ci est à , disons 11° de la Balance dans son propre thème)ainsi que la position des planètes et points fictifs de l’un transposé dans le thème de l’autre (par exemple le soleil à 10° du bélier de Monsieur A se retrouvera peut être dans la maison X de Monsieur B si celle –ci commence, disons à 02° du Bélier). L’analyse permettra de découvrir les éléments d’entente et de désaccord entre les personnes, de savoir si leur partenariat est viable et éventuellement les problèmes qu’il peut engendrer.

Retour à la table alphabétique

T

Temps sidéral

Le temps sidéral est basé sur la rotation de la Terre ainsi que sur le mouvement des étoiles sur la sphère céleste.
Le jour sidéral correspond à la durée réelle d’une rotation complète de la Terre sur son axe. Il est plus court que le jour solaire, d’environ 3,55 minutes.
Une révolution sidérale est le retour d’un astre à un même point du ciel.

Thème radix

Le thème radix est tout simplement le thème natal. De même les planètes radix (ou encore radicales) sont les planètes du thème natal. On utilise ce terme afin d’éviter toute confusion quand on utilise aussi dans le cadre prévisionnel un thème progressé (ou dérivé ou solaire etc.) ou encore des planètes en transit. On précisera ainsi par exemple que Saturne transit (c’est-à-dire Saturne en mouvement céleste) rétrograde sur Saturne radix (c’est-à-dire sur la position de que Saturne occupée à la naissance).

Transits

Définition

Les transits sont les aspects formés par une planète ou un point fictif, lors de sa course céleste, avec une planète ou un point fictif du thème natal (ou thème radix). Le transit est à proprement parler la dynamique de l’astrologie et le fondement de toute prévision.

On étudie aussi les transits en signes et en maisons natales (ainsi le transit régulier du soleil à travers les secteurs natals indique le biorythme de chaque individu qui au même période de l’année voit tel ou tel domaine de sa vie prendre davantage d’importance).
Les transits les plus marquants se font par conjonction.

Orbe et délai

L’orbe des transits (encore appelés aspects dynamiques) doit être réduite par rapport à celle des aspects du thème (ou aspects statiques).
Pour être influent, l’aspect de transit doit être exact à 02° près (un seul pour les transit de planètes rapides).
Par exemple une planète en transit ne formera un carré avec un point quelconque du thème dans la seule période où les deux facteurs seront distants de 88 à 92°. (Contre 82 à 98° pour un aspect en radix). Toutefois, il arrive qu’une planète rapide vienne faire « le lien » entre une planète transit et une planète natale, amplifiant alors l’orbe acceptable. (Ainsi si Uranus transit se trouve à 8° du soleil natal, il pourra avoir activation (ou réactivation) de la conjonction si la lune ou Mercure par exemple viennent se placer entre le soleil et Uranus.)
Il n’est pas rare de constater que les effets d’un transit sont effectifs quelques jours après sa formation réelle, surtout avec les transits rapides (cela est souvent lié aux mouvements de la lune), aussi, on acceptera une « fourchette » de deux à trois jours pour la concrétisation d’un aspect de transit.

Interprétation

On considérera que les points sensibles du thème natal sont les « récepteurs » (indiquant le domaine concerné) tandis que les planètes en mouvements sont les « émetteurs » (déterminant le style d’influence, le modus operanti et le climat entraîné).

Les planètes lentes (de Jupiter à Pluton) ainsi que le Nœud Nord forment , de par leur déplacements lents, des « transits de fond », c’est-à-dire des tonalités, des climats s’étendant sur plusieurs mois , voir plusieurs années et étant actualisés de façon ponctuelle par le renfort de planètes rapides( La lune surtout). Ainsi, un transit de Jupiter sur

Vénus, significateur d’épanouissement sentimental, sera surtout effectif lors du passage des planètes rapides (du soleil à Mars) sur le binôme.

Les transits doivent toujours tenir compte des potentialités inscrites dans le thème natal (ainsi on ne pourra pas gagner le gros lot au loto si cette possibilité n’est pas évoqué dans le radix) ainsi que des révolutions solaires et, éventuellement des directions progressées si on envisage une analyse d’ordre psychologique. Un transit ne doit pas non plus s’interpréter de manière isolée car l’influence mutuelle des différents transits doit être prise en compte. De même, il est important de déterminer l’état céleste de la planètes en transits (est-elle agressée ou non par les autres planètes en transit ?) afin de déterminer son effet, notamment par conjonction.

En cas de doute sur la nature d’une conjonction par transit (par exemple Neptune sur Lune natale), on devra donc étudier au jour le jour l’état céleste de Neptune mais aussi voir dans le thème natal la relation qui unit les deux planètes : si , en radix, les deux planètes sont en bonne aspect, le transit sera de façon général positif ( car les deux planètes ont fait un pacte d’association à la naissance), dans le cas contraire, il sera probablement difficile ( car il réactive une inimité innée). Si les deux planètes ne formaient aucun aspect en natal, le transit aura des influences moindres et ambiguës : selon l’état céleste du jour envisagé, il agira positivement ou négativement.

Les transits des planètes dominantes en natal auront toujours une importance spécifique.
Si les transits de Jupiter sont essentiellement favorables, les transits de Saturne sont souvent plus difficiles à interpréter car la planète peut tout aussi bien être cause d’énormes difficultés que d’accomplissement durable. On notera en plus de ce qui a été dit plus haut sur l’état céleste et l’étude des aspects natals que, bien souvent, l’influence de Saturne est bien vécue par les gens dont le thème est dominé par Mercure, Saturne, Uranus, Neptune ou Pluton car il semblerait que l’énergie saturnienne leur soit plus facilement assimilable.

Quand une planète transitée reçoit en radix un ou plusieurs aspects, le transit par conjonction sur cette planète va réactiver cet ou ces aspects puisque, se superposant à un point du thème, la planète transitant formera les mêmes aspects que ce point (il faut alors étudier l’état céleste et la nature de la planète transit et interpréter en fonction du type d’aspect et des autres points astrologiques compris par le ou les aspects).

Notons que chaque thème, selon sa teneur, réagit différemment aux différents transits, ce qui rend l’art prévisionnel si difficile quand on a affaire à un thème pour la première fois.

Exceptions

La rétrogradation : les transits par rétrogradation sont très significatifs car au moment de son retour sur elle-même, la planète en transit va occuper longuement un point précis du thème. Le mouvement rétrograde noue ou dénoue une situation s’étant amorcé lors du passage direct du ou des astres concernés sur la position étudiée (il est donc indispensable pour interpréter une rétrogradation de connaître les événements qui se sont produits en mouvement céleste direct quelques mois auparavant).

La conjonction à un angle

Les transits par opposition à un angle ne doivent par être pris en considération car ils correspondent forcément à un aspect de conjonction sur l’angle opposé et cet aspect prime (Ainsi on étudiera un transit de conjonction de Pluton sur l’Ascendant et non pas un transit d’opposition sur le Descendant)

Conjonction appliquante et séparante

Enfin, une conjonction qui se crée (conjonction appliquante) est toujours plus puissante qu’une conjonction qui se défait (conjonction séparante), de même qu’une conjonction dissociée ou dissonante (chaque planète est dans un signe ou une maison différente) est de moins bonne augure qu’une conjonction normale.

Retour à la table alphabétique

U

Uranus

Domicile : Verseau

Exil : Lion

Exaltation : Scorpion

Chute : Taureau

Planète qui provoque des bouleversements, des événements imprévisibles et met en exergue la nouveauté et l’indépendance.

Elle symbolise les originaux, les fous, les génies et les rebelles, les libres-penseurs, les contestataires, les syndicats. Elle symbolise aussi l’énergie de rupture.

Mots clés : le progrès, l’inédit, l’inattendu, la tension, soudaineté, présent et futur, modernité, révolution, excentricité, libération, amitié, invention, utopisme, fulgurance, humanisme, distraction, difficulté à se concentrer sur le long terme, nervosité, absolutisme.

Uranus contrôle le système nerveux et sanguin, la tension.

Retour à la table alphabétique

V

Vénus

Domicile : Balance/Taureau

Exil : Bélier/Scorpion

Exaltation : Poissons

Chute : Vierge

Planète poussant à l’harmonie et à la conciliation, met en exergue les sentiments.

Symbolise les sentiments amoureux, l’amante, les plaisirs, l’esthète, l’artiste, le diplomate, le charme.

Mots clés : harmonie, attraction, séduction, volupté, passivité, inertie, beauté, Amabilité, Bonhomie, équilibre, grâce, esprit grégaire, inaction, paresse, timidité, refus du conflit, négligence.

Vénus contrôle la bouche, les veines, les reins, le cou, le système hormonal, le toucher et le goût.

Retour à la table alphabétique

W

Retour à la table alphabétique

X

Retour à la table alphabétique

Y

Retour à la table alphabétique

Z

Retour à la table alphabétique

Un autre mot vous manque et n’est pas présent sur cette page ? Il vous suffit d’en demander la définition en commentaire, nous enrichirons ce lexique au fur et à mesure des demandes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.