Cinq fois survivant : encore un coup de Saturne !

Nous avions vu dans l’article sur Ernest Shakelton combien Saturne avait été important dans la survie de l’explorateur polaire. Mais est-ce le seul rôle de Saturne ? N’est-il pas un pourvoyeur de fatalité tout autant qu’un facteur de résistance ? C’est ce que nous allons voir avec le cas de Poon Lim, un marin chinois qui, pendant plusieurs mois d’errance en mer, n’échappa pas une, deux ou même trois fois mais bien cinq fois à la mort. Récit d’un périple extraordinaire.

Un thème de survivant …ou de malchanceux ?

Poon Lim est né le 08 Mars 1918 à 22H30, sur Hainan Island en Chine.

Thème astral de Poon Lim

Observons ce qui domine dans son thème.

La planète culminante -et donc première dominante du thème- est Saturne qui est étroitement conjoint à Neptune en secteur IX. Et cette conjonction est fortement dissonante: en double opposition à Vénus (maitre du secteur XII en Balance: les grandes épreuves) , au double carré de l’ascendant (ce qui peut mettre en danger l’intégrité physique et la santé), son seul bon aspect est un sextile à Jupiter qui permit sans nul doute à Poon de rester en vie !

Poon Lim doit-il pour autant être considéré comme un petit veinard ? Pas vraiment puisqu’on peut aussi dire que sa mésaventure était inscrite depuis sa naissance dans son thème: en effet, on peut interpréter sa dominante de façon très littérale en disant qu’un problème majeur (Saturne) lié à la mer (Neptune) et aux grands voyages (IX) pourrait consister une épreuve de vie majeure (opposé Vénus, maitre de XII) engageant le pronostic vital (double carré à l’ascendant).

Car, vous l’avez compris, un gros problème (et même plus d’un !) va se poser. Voyons cela en détail maintenant.

Quand la mécanique céleste sonne le glas

En 1939, Poon Lim se retrouve à travailler comme second steward sur un navire marchand britannique sous pavillon hongkongais.

Le 23 novembre 1942, son bateau, alors en route pour le Brésil, se fait repéré par un U-Boat nazi qui le torpille. Non seulement le bateau commercial va couler mais, équipé de chaudières à vapeur, il explose avant. Poon Lim, qui n’est pas un bon nageur, a tout juste le temps d’enfiler un gilet de sauvetage et de sauter. Sur les 53 passagers, il va être le seul survivant.

Notons que dans son thème natal (où tout événement majeure d’une vie peut se voir car c’est cela qui permet au dit événement de survenir, de « s’activer » à un moment donné), outre le bon aspect à Jupiter dont on a parlé, il faut aussi remarquer la force de Pluton : maitre d’ascendant Scorpion, en secteur VIII (le secteur correspondant au Scorpion et à Pluton), il est de plus conjoint NS, ce qui lui donne de la force.

Or, dans le thème de tous les survivants, on retrouve bien souvent Saturne (endurance, résistance, courage) et Pluton (volonté de survie, force des instincts, capacité de dépassement). Ceci dit, Pluton en VIII et conjoint NS n’est pas non plus un très bon présage natal puisqu’il induit la forte possibilité d’être confronté de très près à la mort, la sienne ou celle d’autrui…

Il faut donc ici comprendre que Saturne comme Pluton sont ici le mal et le remède ! Car d’un côté, ils vont donner à Poor Lim la résistance nécessaire pour tenir bon mais d’un autre, ils constituent à la fois ce qui rend possible une telle situation dans le natal et ce…qui va tout simplement provoquer cette situation par transit !

En effet, observons ce qui se passe dans le ciel du marin le jour du naufrage:

Thème du nauvrage

On remarque en premier lieu que Pluton, planète très lente, passe pour la première fois de la vie de Poon (et la dernière d’ailleurs) sur…Saturne/Neptune ! Le couple « infernal » est réuni en transit et frappe ! De son côté, Neptune (qui est étroitement lié à Saturne en natal et qui va caractériser le genre de « galère » qui attend le marin !) est conjoint à Mars natal, ce qui semble indiqué un événement violent, brutal, une agression. Là encore, très littéralement, on peut voir combien l’association de Mars, dieu de la guerre et de Neptune (dieu des océans) est symboliquement parlante puisqu’il nous parle fondamentalement d’un conflit maritime ! Et puis, dernier facteur, Saturne lui-même évidemment. Car si on a vu que Pluton venait « passer » sur Saturne, Saturne en transit, lui, vient d’entrer en secteur VIII, la maison de Pluton.

Notons d’ailleurs au passage que la Lune accompagne aussi Saturne, ce qui est un classique en astrologie événementielle: la lune, élément le plus rapide du ciel, déclenche les transits plus longs, permet d’en trouver la date exacte.

Continuons avec le récit du périple de Poon Lim car il est loin d’être terminé : il se retrouve donc à l’eau, seul survivant mais , au bout de quelques heures à dériver, il va avoir LE coup de chance (celui qui va clairement lui sauver la vie). Il doit probablement cette chance inespérée au trigone qui commence à se former, par rétrogradation, entre Jupiter transit à son Soleil natal. Nous y reviendrons en fin d’article !

Quoiqu’il en soit, au milieu des débris, il peut monter sur des palettes de bois et se confectionner une bâche protectrice de fortune au dessus de la tête avec une voile. Il récupère aussi quelques biscuits de survie, du chocolat, du sucre et de l’eau potable. Il met même la main un kit de survie avec des fusées éclairantes.

Cet embarcation de fortune, cet équipement rudimentaire et ces maigres provisions vont être l’unique cadeau du ciel pour…les 4 mois à venir !

Car ce qu’il ne sait pas encore, c’est qu’il est à plus de 500 kilomètres de la première côte et que ses ennuis sont loin d’être terminés.

Faux espoirs et happy end

Poon Lim est un débrouillard : une fois ses réserves épuisées, il arrive à se confectionner une canne à pêche de fortune et à pécher. En parallèle, il récupère l’eau de pluie pour boire. Mais le destin s’acharne et l’homme doit essuyer une très forte tempête qui emporte ses poissons séchés et son eau potable. Il y résiste pourtant lui-même et le voici une deuxième fois survivant. il va survivre en se servant des restes d’une mouette pour repartir à la pèche avec un appât et sortir un requin de l’eau !

Les semaines passent…et il finit par croiser la route d’un paquebot, les marins le voient…et tracent leur route sans même le saluer. Remettons les choses dans le contexte: nous sommes en pleine guerre mondiale et le coup du « naufragé solitaire » est un piège couramment utilisé par les sous-marins pour amener les bateaux à distance de torpille… Poon Lim voit donc ses potentiels sauveurs l’ignorer. On peut imaginer la « mort morale » que cela peut être. Pourtant, il va aussi survivre (pour la 3eme fois) à cet événement qui en aurait fait renoncer plus d’un…

Plus tard, des avions américains le repèrent et lancent une bouée de localisation afin de revenir le secourir. Le calvaire semble terminé.

Sauf que le chronomètre de l’univers n’a pas encore sonné et qu’une nouvelle tempête surgit et le fait dériver loin de la bouée… Ces sauveteurs potentiels ne le trouveront plus ! C’est le 4eme épisode à la survie du naufragé chinois.

Quelques temps plus tard, cinquième épisode pourrait-on dire, il croise un sous-marin allemand en entrainement qui…va plonger en immersion sans même un signe alors que Poon Lim confirmera être certain que les militaires l’ont bien vu… C’est là une bien triste illustration de son Mars en XI très dissonant, notamment carré à son maitre Cérès : aucun soutien, aucun âme secourable et le sentiment d’être littéralement exclus du monde ! Mais Poon Lim, en bon Saturno-Neptunien (une position qui fait à la fois accepter la fatalité et ne rien lâcher) va continuer à se battre.

Thème du sauvetage

Finalement, le 05 avril 1943, soit 133 jours après son naufrage, il parvient à la force de ses bras à regagner la côte brésilienne où il est finalement recueilli par deux pêcheurs locaux qui le conduisent à l’hôpital.

Vous vous souvenez du trigone Jupiter/Soleil dont on a parlé plus haut ? Et bien il est quasiment exact au moment de la fin de son calvaire !

Plus troublant encore, le transit de Saturne, tel une merveilleuse et effroyable mécanique, est revenu au point qu’il occupait le jour du naufrage, bouclant en quelque sorte la boucle, bornant le début et la fin de cette extraordinaire mésaventure en se plaçant dans les deux cas pile sur la cuspide de VIII !

Merci à Xian Wang Li pour son aide concernant les coordonnées de Poon Li.
J’ai découvert cette passionnante histoire sur cette chaine Youtube où vous pouvez avoir quelques détails en plus.

Philippe REGNICOLI
Tous droits réservés, reproduits interdites sans autorisations écrites de l’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.