Astrologue professionnel : consultations
Calculer et connaître son ascendant
Signes du zodiaque
Cours d'astrologie
Date de naissance et thème astral

Démon ou diablotin ? Nous parlons volontiers de nos « démons intérieurs » pour qualifier la part de ténèbre qui réside en chacun de nous, dont nous avons plus ou moins conscience et que nous laissons plus ou moins s’exprimer au détriment d’autrui et de notre propre évolution.
L’expression « chacun sa croix » nous ramène également à cette notion de diables personnels puisque si on peut dire cela d’événements extérieurs désagréables, nous pouvons aussi envisager la maxime comme soulignant que chacun à ses handicaps, ses tares, lourdes à porter sur le chemin de l’élévation de l’âme.
Voyons comment ce symbolisme peut se retrouver dans les douze signes du zodiaque. C’est ainsi que, loin de toute notion d’exorcisme, nous allons découvrir ce qui pourrait être nommé Zodiaque démoniaque.

I. Démonologie et astrologie

Essayons d’abord de définir, en terme ésotérique plus que théologique, ce qu’est le Diable. Le Diable, c’est l’erreur, l’ignorance, le mensonge, la tromperie, l’avidité, l’injustice…
Astrologiquement, c’est donc l’influence la plus négative, la plus pernicieuse des planètes qui se retournent contre leurs possesseurs ou contre son environnement et exercent sur le monde une influence régressive.
Ainsi, le coté diabolique d’un signe et le coté positif, angélique ou encore divin de ce même signe procède en fait d’une même énergie : il existe à la base une fonction (pour Mercure par exemple, une fonction de dispersion) qui peut être reçue avec bénéfice (ouverture sur le monde) ou être utilisée à mauvais escient (manipulation, mensonge, inconstructivité…).
Nous avons d’ailleurs vu dans notre rubrique Zodiaque, que chaque signe pouvait tendre à agir harmonieusement ou négativement (voir les Portraits au vitriol).
Toutefois, comme le synthétise parfaitement le symbole du Tao, le mal, la nuit, le mauvais est indissociable et nécessaire au bien et à la lumière. Kingford, écrivain catholique s’il en est, n’hésite pas à dire « Satan est l’ombre du Seigneur ! » car il ne peut exister de mal s’il n’existe pas de bien et vice-versa. Conception qu’on retrouve également dans le zoroastrisme.

Démon

Il faut donc bien comprendre que le mal participe au bien mais n’existe pas en soi : le mal est une perversion, une corruption du bien.
Défauts, vices et dévergondages ne sont donc que les résultats de la mauvaise utilisation de forces à la base parfaitement neutres.
On touche ici à la notion de libre-arbitre : l’homme reçoit un certain nombre d’influx qui vont filtrer à travers lui, à travers sa personnalité et sa conscience. Certains de ces influx seront restitués pour le bonheur de tous, d’autres, travesties par l’égoïsme, la primarité ou l’ignorance deviendront cause de malheur pour l’individu ou son entourage. Barlet, dans Les génies planétaires, déclare à ce sujet : « Le mal est la conséquence fatale du refus de la créature libre, mais limitée, d’accepter le plan cosmique ».
C’est toutefois les catholiques, soucieux d’imposer le Dieu unique et de diaboliser tout autre croyance qui, les premiers, commencèrent à répandre l’idée que les planètes idolâtrées par la civilisation de la Rome antique (Mars, Jupiter etc…) n’étaient rien d’autres que des démons malfaisants.
En parallèle, ils pillent allégrement la tradition astrologique en réinterprétant les mythes fondateurs afin de les intégrer à leur propre culte : C’est ainsi que l’Archange Michel par exemple prend les attributs du Soleil ou que Barnabé absorbe les qualités les plus prégnantes de Jupiter. Ce travail d’absorption/diabolisation du catholicisme se retrouve d’ailleurs partout où celui-ci s’est imposé : les divinités égyptiennes sont par exemple elles aussi rendues démoniaques tandis que l’apparence encore actuellement donnée au Diable est celle de Pan, ex dieu de la fertilité jouissant d’une grande popularité dans le monde gréco-romain.

II. Douze signes, douze démons

Commençons par dresser le tableau de synthèse de notre zodiaque démoniaque:

Bélier/Mars
Byleth
La violence
Taureau/Vénus
Mammon
L’avidité
Gémeaux/Mercure
Astaroth
Le mensonge
Cancer/Lune
Python
La perfidie
Lion/Soleil
Satan
La vanité
Vierge/Cérès
Sargatanas
La mesquinerie
Balance/Vénus
Asmodée
La paresse
Scorpion/Pluton
Eurynome
La cruauté
Sagittaire/Jupiter
Baphomet
L’envie
Capricorne/Saturne
Belzébuth
La tyrannie
Verseau/Uranus
Lucifer
La subversion
Poissons/Neptune
Léviathan
L’illusion

Quand des défauts importants doivent se développer, ils sont donc souvent en rapport avec ces corrélations de bases. On s’attachera notamment à relever le signe solaire et le signe ascendant qui sont représentatifs de notre personnalité.
Evidemment, comme toujours, seule l’interprétation de l’ensemble du thème pourra nous indiquer clairement les plus gros défauts, handicaps et carences d’un individu mais la simple connaissance de son signe solaire et de son ascendant pourra orienter globalement la recherche vers deux défauts patents, majeurs. Notez toutefois que dans certains cas l’étude personnalisée du thème pourra infirmer ces deux tendances de base.

Prenons quelques exemples historiques pour illustrer notre propos.

Ces exemples sont tirés de notre Base de données astrologiques qui vous permettra en un clin d’œil de découvrir signe solaire et ascendant des célébrités que vous aimez…ou détestez ! :

Muhammad Ali (Cassius Clay) : Capricorne ASC Lion: à n’en pas douter, ces deux défauts majeurs (qui furent aussi de puissant moteur pour sa carrière) furent la vanité et la tyrannie, bref, un complexe de supériorité évident. Il déclara notamment : « Quand on est ce que je suis, il est difficile de rester humble » et « Les gens humbles ne vont jamais très loin. »

Ange ou démon ?

James Dean présente quant à lui un profil Verseau/Sagittaire dont les principaux travers est dont d’être subversif, révolté et envieux.

Jean Gabin, à qui nous avons consacré un article ici, est un cas où l’avidité côtoie les risques d’illusions du fait de sa nature Taureau/poissons. Sa Biographie le confirme.

Fernand Raynaud, Taureau ASC Lion, représente parfaitement ce mélange d’avidité et de vanité caractéristique de sa Personnalité.

Jimmy Hoffa, célèbre syndicaliste américain et Verseau ASC Verseau, est l’image même de cet esprit de renversement et de désordre.

Henry Désiré Landru, assassin célèbre de plusieurs femmes en vue de les déposséder de leurs biens est ici la démonstration éclatante de ce que peut donner le mélange Taureau/Lion dans ses attributs les plus noirs.

Paul Touvier, Bélier ASC Gémeaux est l’exemple avéré de la sombre alliance entre violence et mensonge.

Ce ne sont bien sûr que quelques exemples et il est impératif de préciser, encore une fois, que, fort heureusement, beaucoup de personne échappe à leur démon intérieur en élevant leur niveau de conscience. Le cas du Dalaï-lama actuel, avec une signature astrale Cancer ASC Cancer est éloquent : Renversant totalement la tendance par la force de sa volonté et une éducation spirituel aboutie, on est très loin d’une quelconque perfidie !

 

Tous droits réservés Philippe REGNICOLI
Reproduction totale ou partielle interdite sans autorisation écrite de l’auteur

 

Share

Ajouter un commentaire


Code de sécurité
Entrez ce code ou cliquez ici pour en générer un nouveau