Astrologue professionnel : consultations
Calculer et connaître son ascendant
Signes du zodiaque
Cours d'astrologie
Date de naissance et thème astral

domification en astrologie | Difficulté 3 | Domification…voici un mot que seuls les astrologues professionnels ou les amateurs éclairés connaissent puisque même le dictionnaire en fait l’impasse passant directement de domiciliation à dominance. Pour comprendre le sens de ce mot, il faudra donc se référer plutôt à un dictionnaire spécialisé en astrologie… et encore ! Puisque celui de Gouchon comme d’Hadès par exemple ne font même pas une entrée pour ce mot.
Et pourtant , sans domification, pas d’astrologie individuelle, personnalisée puisque la domification est la (ou plutôt les) techniques(s) consistant à déterminer l’emplacement de chaque maison (à commencer par celle de l’ascendant) sur la roue zodiacale.
Nous allons toutefois voir qui si la domification dite placidius est la plus répandue, d’autres méthodes, parfois dignes d’intérêt ou au moins susceptible d’éveiller notre intérêt, existent et se sont même multipliées au fil des temps.

I. Définition de la domification.

La domification est l’ensemble des calculs nécessaires pour placer, sur la roue astrologique des douze signes, les douze « maisons » ou « secteurs. ». Chaque maison représente un des grands domaines d’existence de la vie humaine (par exemple, nos ambitions en X ou nos amitiés en XI).

Sans rentrer dans des considérations astronomiques fort compliquées, il suffit de comprendre que le lieu de naissance (en latitude et en longitude), en étant projeté sur la bande zodiacale de l’écliptique et en tenant compte de l’heure de naissance (progression du soleil de son lever à son coucher) va permettre de « localiser » (domifier) les maisons d’une carte du ciel.

Les maisons représentent donc l’expression la plus concrète de l’influence astrale dans nos vies : si l’occupation planétaires des signes du zodiaque nous renseigne sur des tempéraments et des énergies, l’occupation planétaire en maisons nous renseigne sur la direction, le domaine, le secteur délimité dans lequel ces tempéraments et énergie vont s’exprimer avec le plus de force et de facilité.

Ainsi, un Soleil en maison III sera un bon indice pour penser que le natif s’exprimera avec facilité auprès de son entourage immédiat, liera facilement des contacts et pourra même parfois exercer un certain pouvoir sur ses proches, notamment ses frères et sœurs et sauf contre indication dans le restant du thème.

Nous pouvons donc dire en utilisant une métaphore significative que la domification est à l’astrologie ce que le plan est à l’architecture : un repère indispensable pour édifier sa construction, fusse-t-elle intellectuelle.

Il existe toutefois plusieurs systèmes pour déterminer où commencent et où finissent les maisons. Il faut donc parler de domifications, au pluriel. La plupart de ces techniques arrivent à être à l’unisson pour placer les angles, c'est-à-dire les pointes (débuts) des maisons I (ascendant), X (Milieu de Ciel) et de leurs pendants, les maisons VII (Descendant) et IV (Fond de ciel).

La plupart de ces domifications acceptent également que la taille des différentes maisons soient différentes et accordent même à cette notion une importance dans l’interprétation, partant du principe (nous paraissant difficile à remettre en question) que les différents domaines de l’activité humaine auront une importance variable en fonction de l’individu et que si pour l’un, la famille est par exemple très importante (grande maison IV), elle sera quantité négligeable pour un ou une autre (Maison IV réduite).

Ce point n’est, précisons le, qu’un renseignement qui doit être confirmé ou infirmé par le reste de l’étude puisque si une « petite maison » abrite un amas planétaire ou un facteur essentiel du thème (par exemple le maître d’ascendant), elle aura une grande importance…bien qu’elle n’occupera sans doute pas la majeure partie des pensées du natif… du fait de son étendue réduite !

II. Les domifications les plus courantes.

Pour suivre les différents cas, nous prendrons le thème de François Mitterrand (26 Octobre 1916 à 4H00. Jarnac) que nous « déclinerons » selon les différents systèmes de calcul, en commençant par les plus usités.

La domification Placidius

Commençons par la domification la plus largement utilisée, celle de Placidius.

Placidius

Ce système trouve les maisons intermédiaires (non angulaires) en divisant en trois parts égales les demi-arcs de temps. On mesure ces arcs depuis l'Ascendant jusqu’au MC mais on tient ensuite compte, pour « affiner » le découpage, du jour et de l’heure de naissance ainsi de la latitude du lieu de naissance. Ces arcs de temps entre l'Asc. et MC sont donc variables en fonction de ces facteurs très personnels, ce qui explique les différences de taille entre les maisons.

Sous nos latitudes, la taille des maisons varie autour d’environ 30° avec une marge d’une quinzaine de degré (ainsi une très grande maison peut faire jusqu’à environ 45°, une très petite selon 15°).

La roue zodiacale comprenant 360°, la répartition des maisons est à peu près égale, ce qui n’est par exemple pas le cas dans les pays très au Nord de l’Europe (les thèmes qu’on monte pour ces régions présentent de grande disparité entre la taille des maisons, certaines étant très étendues, d’autres moindres).

Dans notre thème exemple, que remarquons nous ?

- Amas en X semblant parfaitement indiqué l’accession aux plus hautes fonctions de l’état.
- Vénus en XII évoquant des amours clandestines (Mazarine)
- Mars en III de très nombreux ennemis et rivaux mais aussi une redoutable façon de faire « la guerre avec les mots » car ces réparties cinglantes sont restés célèbres.
- Le soleil en scorpion et en II indiquant une belle réussite et un pouvoir financier
- Jupiter en VIII annonce des soutiens puissants autant qu’occultes, la protection des banques, des financiers, des grands organismes.
-Un Noeud Nord en Capricorne et en IV, parfaitement représentatif d’un destin lié à la patrie (un des sens de la IV) et à l’état (capricorne).

Domification Régiomontanus

Regiomontanus

Cette technique s’appuie sur des arcs calculés dans l'espace et non dans le temps.
Regiomontanus, partant du principe que le méridien du MC est déterminé par rapport à l'équateur, entreprend le calcul de toutes les maisons selon ce même repère. Il découpa donc le plan de l'équateur à angle droit par un autre plan nord-sud et obtint ainsi quatre quadrants. Chaque quadrant est ensuite simplement divisé en trois portions égales.

On constate peu de différences sur notre carte d’exemple puisque le degré de chaque début de maison intermédiaire change très peu.

 

Domification Campanus

Campanus

Cette technique est très proche de la précédente (arc d’espace) mais la façon de découper les maisons est légèrement différente.

Toutefois, avec cette méthode, Mars se retrouve en II et le Soleil en I. Le soleil en I ? Pourquoi pas, il y avait du charisme et de la grandeur dans le personnage. Mars en II nous gène davantage car cette position incline souvent à se battre au quotidien pour gagner sa vie, ce qui ne fut pas vraiment le cas de François Mitterrand. Jupiter passe de plus en VII où il aurait dû le protéger des rivalités, lui empêcher les trahisons…ce qui ne fut guère le cas non plus. Il nous semble bien mieux en VIII.

Nous ne retiendrons donc pas quant à nous cette domification (rassurez vous, nous nous basons sur plus d’une expérience pour la rejeter ! D’ailleurs, nous laissons chacun juger par lui-même et cette technique eut un avocat de poids en la personne de Dane Rudhyar)

Domification de Koch

Koch

Apparue il y a une cinquantaine d’année à peine et ne permettant pas de domifier toute la sphère céleste, cette domification remporta portant un succès notable, notamment aux Etats-Unis et en Allemagne et elle est sans doute encore aujourd’hui une des plus défendues, notamment par Stephen Arroyo qui, sans l’utiliser systématiquement, en fait le plaidoyer (ce qui en soi mérite toute notre attention car Monsieur Arroyo est loin d’être un idiot).

Cette méthode, comme les deux précédentes, est aussi basée sur des arcs d’espace mais l’affinage final des calculs est différent (équipartition en ascension oblique des cuspides orientales et en Descension oblique des cuspides occidentales).

Les positions du soleil et de Jupiter se retrouvent ici parfaitement « intermédiaires » se plaçant réciproquement en conjonction étroite avec la cuspide de VIII pour Jupiter et en conjonction exacte avec la cuspide de II pour le soleil.

C’est assez intéressant puisque la conjonction d’une planète à une cuspide signe souvent les thèmes « forts », mettant ici en exergue l’axe II/VIII, un axe de pouvoir (beaucoup de ressources intellectuels comme matérielles à disposition du natif). Il est donc en effet intéressant de considérer cette domification, au moins en parallèle d’une autre.

III. Les autres domifications

Terminons en évoquant brièvement les autres domifications.

Domification Porphyre

Porphyre

Ce système est sans doute le plus simple puisqu’on calcule uniquement le méridien de l'Ascendant et du MC, après quoi on partage ce qui reste en portion égale sans calcul d’affinage supplémentaire.

Cette méthode nous donne à nouveau Jupiter bien en VII. Nous l’ignorerons bien que nous voyons que les différences avec les thèmes précédentes sont minimes.

Domification des Maisons égales

Maisons égales

Ce système est simple…pour ne pas dire simpliste.

Il ne prend en effet en considération que la ligne d’horizon et obtient douze maisons de proportions identiques depuis une planète de référence (en général le soleil) qui sert à couper l’horizon (et se substitue à l’ascendant).

Ce système est parfois préconisé pour calculer un thème dont l’heure de naissance est inconnue.
Bizarrement et bien que beaucoup d’astrologues crient à l’hérésie dès qu’est évoqué ce système, il semble donner des résultats intéressants (disons complémentaires) si on prend le soleil comme départ de l’ascendant.

Dans notre exemple, la Lune se retrouve par exemple en XII (la fille cachée), Vénus en XI (les soutiens amicaux) et l’amas en IX ne parait pas idiot pour quelqu’un qui fut avant tout un grand amoureux de culture, un philosophe et un intellectuel de premier ordre.
Jupiter en VI et Uranus en IV ne paraissent pas non plus ridicules.

Contrairement à d’autres, nous ne rejèterons pas totalement ce système qui peut, en effet, être utile si on ne connaît pas l’heure de naissance.

Nous y voyons quant à nous une sorte de « thème solaire », c'est-à-dire de vision de l’individu sur un plan social, dans son intégration.
Notons que les astrologues d’Inde montent de la même façon un « thème lunaire » (le point de repère est notre satellite) afin d’en savoir plus sur l’incarnation et l’âme des gens.

 

Tous droits réservés Philippe REGNICOLI
Reproduction totale ou partielle interdite sans autorisation écrite de l’auteur

Share

Ajouter un commentaire


Code de sécurité
Entrez ce code ou cliquez ici pour en générer un nouveau