Astrologue professionnel : consultations
Calculer et connaître son ascendant
Signes du zodiaque
Cours d'astrologie
Date de naissance et thème astral

Le harcèlementCet article fait un petit bilan sur le site mais, au-delà, sur le monde astrologique actuel et plus particulièrement franco-français…

Parmi les objectifs premiers d’autourdelalune qui ont été au moins en partie remplis, on trouve bien sûr en premier lieu la mise à disposition libre et gratuite d’un maximum d’informations et de connaissances sur l’astrologie. Nous pensons qu’au fil du temps, cette dimension « encyclopédique » est maintenant avérée, ce qui ne signifie d’ailleurs pas achevée. Voyons le reste.

I. Bilan sur la pratique astrologique actuelle

Un point sur les objectifs d’autourdelalune

Sous-jacent à ce premier pari en existait un second, celui de contribuer, à notre échelle et selon nos moyens, à réhabiliter la discipline astrologique pour la ramener au rang des savoirs traditionnels indispensables en terme humain. Et j’entends par humain : sociologique, individuel et métaphysique. Nous espérons que chacun de nos lecteurs puisse en effet, en fonction de ses attentes et besoins, se nourrir, à travers notre espace virtuel, de la sagesse astrale et élargir ainsi, un peu ou beaucoup, sa vision du monde.
Le troisième objectif fut le plus ardu et il me faut bien reconnaître qu’il a en grande partie échoué. C’est de celui-ci que j’aimerais plus longuement vous parler.

Existe-t-il encore une communauté astrologique ?

La réalisation de ce troisième objectif consistait à former une communauté de passionnés autour de l’astrologie. Ce désir anima longtemps ma démarche mais, multipliant les déceptions, mieux encore les désillusions quant à une quelconque solidarité –ou même possibilité de synergie- dans le milieu astrologique actuel, je l’ai peu à peu, et à regret, abandonné.

Il faut en effet prendre conscience que le milieu contemporain de l’astrologie professionnelle et semi-professionnelle –et on peu à ce sujet se montrer bien nostalgique-  est majoritairement pollué par un groupe de personnes peu nombreuses (mais très nuisibles car particulièrement actives) qui n’ont apparemment rien de mieux à faire de leurs vies qu’essayer de tirer la couverture à eux, prendre le pouvoir (complexe du guru) et tenter par la même de disloquer ce qui est perçu par eux, non comme une confraternité mais comme une concurrence…Il est inutile de les citer car ils sont sur le devant de la scène et occupent la sphère médiatique de façon inversement proportionnelle à leurs compétences réelles.

Sans aller toutefois jusqu’aux « plus hautes sphères de l’astrologie » (et je l’écris le sourire aux lèvres) on peut regretter, que cela soit dans le cadre de forums, de conventions, de fédérations, qu’aucune coopération sincère (c'est-à-dire dénuée d’intérêts personnels et souvent commerciaux) ne semble envisageable pour l’heure. La perte d’adhérents toujours plus importante des principaux organismes fédérateurs de l’astrologie est d’ailleurs plus que significative.

Il existe bien quelques initiatives neuves sur les réseaux sociaux mais le support étant nouveau (je parle de son utilisation par les praticiens), on peut se demander « pour combien de temps ? » autrement dit : quand est-ce que les travers récursifs du milieu astrologique rattraperont les bonnes volontés à l’œuvre ?

C’est d’ailleurs déjà le cas de certaines de ces initiatives qui, ressemblant à s’y méprendre à des forums version Réseau Social, ne sont au final qu’un assemblage bancal d’egos surdimensionnés où sévit la censure, la pensée unique ou encore, un peu paradoxalement, le pillage sans vergogne du travail d’autrui (le « copier/coller » systématique assorti de son camarade Scannage et autre Reproduction indue) ou encore le plagiat éhonté (s’attribuer sans citer ses sources les recherches de tiers personnes).

Bref, le constat est amer et il me semble utile d’en faire part, de l’intérieur, à tous ceux qui, modestement, s’intéressent à l’astrologie en tant qu’instrument de connaissance. La sagesse comprise intrinsèquement dans la philosophie astrologique semble ne pas avoir atteint ceux qui s’en revendiquent les dépositaires, ceux qui proclament en constituer l’élite.

Triste chose mais ce phénomène est-il vraiment propre au milieu astrologique ? N’est-il pas tout simplement à l’image de la société française actuelle (et je précise française pour ne parler que de celle que je connais le mieux) ?

D’un côté, une pseudo élite faisant reposer son pouvoir sur le système médiaco-financier : publicité envahissante, utilisation des mass-médias à des fins de propagande à peine voilée, mise en place en réseaux d’intérêts communs plus ou moins hermétiques, collusions et « petits arrangements » entre amis, solidarité du porte-feuilles, abaissement volontaire de la qualité au profit de la quantité à des fins d’optimisation du rendement, détestation de tout ce qui peut être critique ou (ré)novateur à l’égard du système et des équilibres en place…

De l’autre, à la base de la pyramide, un milieu micro-associatif, constitué de participants épars tant géographiquement qu’au niveau de leurs approches et connaissances, souvent plein de bonne volonté mais au final largement désorganisés.

Mais c’est au milieu de la pyramide que j’aimerais ici m’adresser.

Le cœur de la pyramide

Il existe effectivement une dernière catégorie « d’astrologues » (le mot désignant ici toute personne pratiquant l’astrologie), catégorie constituée par l’ensemble des amateurs de longue date, des semi-professionnels ou des jeunes praticiens. C’est le cœur battant de la pyramide, l’étage intermédiaire faisant tant bien que mal le relais entre le haut et le bas de la pyramide.

Si vous lisez ces lignes, vous faites probablement partie de ce cœur et c’est donc à vous que s’adresse mon titre-appel « Allons plus loin ensemble ».

II. La troisième dimension de l’astrologie…

Une astrologie tridimensionnelle

L’astrologie a trois versants. Le premier est son versant théorique. C’est l’ensemble de la tradition astrologique et des documents de référence produit sur des centaines d’années.

Le second versant est pratique. C’est l’ensemble des prestations pouvant être fourni grâce à l’outil astrologique.

Le dernier versant est celui de la recherche.

Si l’astrologie a traversé toutes les tempêtes, à résisté à toute les attaques, c’est bien sûr parce qu’elle forme une discipline cohérente et très édifiante sur l’être humain et sur le monde mais c’est aussi parce qu’il s’agit d’un savoir-faire vivace, en constante évolution et sans cesse nourri à la fois par les autres sciences humaines (par exemple à travers ses développements psychologiques sur le dernier siècle) et par des recherches purement astrologiques.

Jusqu’ici, la plupart des avancées (par exemple, l’intégration des astéroïdes, la réactualisation de l’astrologie mondiale ou encore la compréhension de point fictif tel la Lune noire) ont été menées par des personnes seules, parfois soutenues par une logistique de groupe (tels que les recherches menées dans la cadre des Cahiers astrologiques ou de la revue l’Astrologue). Les laborieuses personnes qui les menaient à bien étaient au final peu équipés : nombre de thèmes limités, nécessité de passer de longues heures à seulement monter les thèmes –à la main, délai de latence des échanges pour recouper les informations, etc.

Il est étonnant mais surtout navrant que l’astrologie n’ait pas encore pour l’heure vraiment bénéficié de la modernité.

Uranus et l’astrologie

Plusieurs auteurs ont démontré combien l’accélération de la technologie, qui signe l’époque dite moderne, est directement lié à Uranus. Nous n’y reviendrons pas. Uranus, via Urania, est aussi par excellence la planète de l’astrologie. Or, il est étonnant de voir que pour le moment, ses deux pôles uraniens n’ont pas encore accompli leur jonction, leur fusion.

Il est coutumier d’entendre par exemple qu’un Volguine ou un Rudhyar aurait pu démultiplier leurs apports à l’astrologie s’ils avaient disposés des outils que l’on a. N’est certes pas Rudhyar ou Volguine qui veut. Toutefois, on peut tout de même s’étonner du manque cruel de dynamique de recherche à l’heure actuelle.

Et pourtant…nous avons tout pour les mener à bien : échanges instantanés via le net, banque de données natales gigantesque, facilité à monter un thème, possibilité de se rencontrer et de se réunir virtuellement malgré la distance…

Mais Uranus est aussi la planète de l’individualisme…tant est si bien que plutôt que de fédérer nos efforts, chacun fait sa « soupe » de son côté et, au mieux, délivre ensuite les conclusions auxquelles il a aboutit.
Bref, rien de bien nouveau…sauf que les facilités qui existent maintenant n’existaient pas auparavant, que, de fait, les excuses qui pouvaient être évoqué jadis sont caduques aujourd’hui.

L’astrologie statistique : ma proposition

Je propose donc, bien conscient d’ailleurs des chances de seulement donner un nouveau coup d’épée dans l’eau, de réunir les bonnes volontés pour effectuer de la recherche astrologique, et plus particulièrement déterrer l’astrologie statistique, dont chacun veut bien faire l’éloge…en se référant à des études faites par Gauquelin, il y a plusieurs décennies !

L’approche statistique, si elle n’est pas dénuée d’inconvénients, me semble rester un outil de recherche privilégié : c’est bien en étudiant 100 cas, 1000 cas sur un sujet donné, en étudiant toutes les manifestations, les déclinaisons astrologiques d’un phénomène que l’on peut, pratiquement et concrètement, tirer des hypothèses nouvelles et vérifier celle-ci.

Je me propose donc d’organiser un groupe de recherche astrologique statistique pour défricher de nouvelles voies, vérifier certaines théories, ouvrir des horizons peut-être inattendus.

Je n’y parviendrais pas seul, ni aucun d’entre nous d’ailleurs.

Dans un premier temps, je demande donc à tous ceux qui sont intéressés par le projet de me rejoindre sur mon compte facebook.

Comprenant que de nombreuses personnes hésitent à utiliser leur compte intime (famille, amis) pour ce genre de chose, n’hésitez pas à créer un compte FB spécifique pour cela le cas échant (pareil si vous n’avez pas de compte du tout, bien sûr !). L’étape suivante, une fois le maximum de gens réunis, sera de créer un groupe de travail ayant spécifiquement pour but la recherche astro-statistique.

A quoi vous engagez-vous de votre côté en rejoignant ce projet ? Vous allez le voir, les exigences ne sont pas énormes. En fait, vous n’êtes même pas obligé de vous y connaître en astrologie pour apporter votre contribution ! Pour chaque recherche, il y aura un sujet précis, une recherche restreinte pouvant donner lieu à un recueil de données objectives (par exemple, les accidents de la route, sujet où n’entre pas de dimension subjective : il a lieu à tel jour et à tel heure, point.). En tant que participant, votre contributions sera soit de témoigner directement (vous avez vous-même eu un accident de la route et vous en fournissez la date exacte, même l’heure si possible !) ou indirectement (vous connaissez le thème complet de quelqu’un –y compris une célébrité- qui a eu un accident et vous pouvez en préciser le jour).

Pour faciliter les recherches, la seule vraie « contrainte » pour les participants sera pour chacun de fournir en amont ses données natales (date, heure et lieu) afin que toute recherche incluant son thème soit facilitée en ayant déjà le dit thème à disposition. Nous espérons réunir au moins 200 membres actifs afin que le seuil d’un panel représentatif soit atteint.

A vous de jouer donc !

 

Tous droits réservés Philippe REGNICOLI
Reproduction totale ou partielle interdite sans autorisation écrite de l’auteur

Share