Astrologue professionnel : consultations
Calculer et connaître son ascendant
Signes du zodiaque
Cours d'astrologie
Date de naissance et thème astral

interviewVoici la fin de notre étude astrologique consacrée aux rapports symboliques existant entre le zodiaque et le cinéma d’horreur, à savoir, selon votre signe du zodiaque et les astres dominants votre carte natale, quelles situations ont le plus de chances de vous faire cauchemarder ? Nous finissons notre tour d'horizon par les signes du Capricorne, du Verseau et des Poissons.


Avertissement anti-spoil : Cet article va nécessairement dévoiler une partie des oeuvres citées, parfois même la surprise finale. Vous lirez donc ce texte........A VOS RISQUES ET PERILS !!!

Xa. Les Cauchemars du Capricorne : Jamais seul

Quand on est Capricorne, on est sérieux, réaliste, on ne perd pas son temps en futilités. Se faire peur avec des monstres en latex (même en 3D) ou de l'hémoglobine à la sauce tomate, c'est bon pour les gamins. Leur sens pointu de l'ironie les ferait même sourire face à ces contes d'horreur. Comment peut-on décemment avoir peur face à quelque chose qui n'existe pas ?

Certes, il est peu probable de rencontrer un jour des vampires, des zombies, ou des loups garous (quoique ...), il s'agit sans doute d'histoires, de légendes. Mais parmi toutes ces légendes, il y en a qui sèmeraient presque le doute dans l'esprit si rationnel des Capricornes : les histoires de fantômes !

Les fantômes sont de toutes les créatures les plus récurrentes dans les cultures du monde entier. Tout simplement car il s'agit peut être de la seule créature "probable" de tout le folklore, car il faut bien répondre à cette question qui turlupine l'humanité depuis sa naissance : "que deviennent les morts ?".
Comble du comble, le fantôme réussit le paradoxe d'être la plus immatérielle des créatures et d'être celle dont l'existence est la moins fantaisiste. Même le plus septique des Capricornes ne peut nier sans mauvaise foi que les fantômes existent peut être...ou alors, ils ne peuvent que dire " je ne crois pas aux fantômes, mais ils me font peur !"
C'est donc tout d'abord cette paradoxale rationalité des spectres qui angoisse nos Capricornes, ils mettent à mal leur sens si bien rodé de la réalité.

Mais ce n'est pas tout, le fantôme est l'incarnation de la culpabilité, torture que le Capricorne s'inflige avec constance. Même si il ne s'agit pas d'une histoire horrifique, le chant de Noël de Charles Dickens maintes fois porté à l'écran, est la parfaite incarnation de ce malaise Capricorne. Avare, acariâtre, rabat joie, sans pitié, Ebenezer Scrooge est le parfait méchant Capricorne. Voué à la damnation, il se voit offrir une chance de se racheter par le spectre de Jacob Marley, son ancien associé, condamné  à errer pour l'éternité en punition de sa cupidité. Le Capricorne a toutes les chances d'être mis mal à l'aise par ce fantôme qui pointe les défauts les plus exécrables de son signe ! Notons au passage que l'histoire se passe à Noël, fête du solstice d'hiver, donc fête Capricornienne par excellence.
Scrooge recevra la visite de trois autres esprits, les fantômes des Noëls passé, présent et futur : parfait pour le Capricorne, le signe le plus ancré dans le temps par le truchement de son maître Saturne. Voilà, notre Capricorne face aux erreurs de son passé, à sa monstruosité présente et à son avenir solitaire ainsi que sa mort pitoyable. Ce merveilleux conte est une belle histoire de Noël doté d'une belle morale, ce qui réconfortera nos Capricornes justes et droits.

Donc, nos ectoplasmes sont du genre culpabilisants, ils ont surtout un énorme défaut qui horripile le Capricorne, ils sont toujours là ! Pas moyen d'être tranquille, si vous fermez la porte, ils la traversent, pas la peine de se réfugier derrière un mur, même en béton armé, même en titane, ils viendront quand même vous parler. Et c'est bien la chose qu'un Capricorne ne supporte pas : l'intrusion ! Signe solitaire, il a besoin de périodes plus ou moins longues de retraite, où il ne parle pas, ne pense pas aux autres, bref, où on lui fout la paix ! Mais un fantôme, c'est obstiné, obnubilé par son message à transmettre, spectre ou émanation n'arrêtent pas de venir vous harceler jusqu'à ce que vous leur répondiez enfin et accédez à leur demande. Ils vous racontent leur histoire, leur vie misérable ou leur fin atroce et vous vous sentez obligés de compatir. Bien sur, le Capricorne n'a pas un coeur de pierre, mais ce n'est pas lui non plus qui va pleurer sur toute la misère du monde. Et voilà qu'un fantôme vient lui tirer les larmes aux yeux pour qu'en plus il fasse quelque chose pour lui. C'est que c'est occupé un Capricorne, il a le monde à diriger ou une encyclopédie à remplir, pas le temps de s'occuper d'un macchabée qui a besoin de mettre en ordre son passé.
Un fantôme ça ne vous laisse jamais seul, et ça vous demande de faire des choses pour lui.

C'est tout le scénario de "Gothika", réalisé par Matthieu Kassovitz où la superbe Halle Berry incarne Miranda, une brillante psychiatre harcelée par le fantôme d'une jeune fille assassinée qui ne lui laisse pas un seul instant de répit. Le spectre vengeur en vient à la posséder, la psychiatre tue sous son emprise son mari à la hache et se retrouve enfermée dans son propre service. Dans sa cellule capitonnée, le fantôme continue de lui rendre visite, elle ne la laisse jamais seule et lui prouve bien en lui lacérant le bras, formant les lettres "not alone" dans ses cicatrices. La psychiatre devra alors comprendre les étranges messages de cette jeune fille pour résoudre son meurtre et comprendre la réelle signification de l'angoissante maxime sur bras. Le Capricorne obsédé par cette phrase, pourrait il dépasser sa signification évidente pour comprendre que la fille n'est "pas seule" à avoir été assassinée et que son meurtrier n'est "pas seul" non plus ....

Ce qu'il y a quand même de rassurant avec nos fantômes c'est que finalement, ils sont comme nous : normal, ils étaient humains, et peut être deviendrons nous, nous même  fantômes. La plupart du temps, même si ils ont du mal à se faire comprendre, même si ils ont la rage, ils veulent juste obtenir réparation avant de vous laisser (enfin) tranquille.
Mais dans "jusqu'en enfer", la créature incriminée n'est pas un fantôme, et ce qu'elle veut, ce n'est rien d'autre que votre âme !
Certes, la "Lamia" du film n'a plus le prétexte de rationalité du fantôme, mais le film joue tellement avec les symboles et les significations Capricornes qu'il pourrait bien les effrayer.
Nous suivons la jolie Christine (Alison Lohman) spécialiste en crédit immobilier qui a eu le malheur de refuser un énième prêt à cette vieille gitane, Mme Ganush, l'obligeant à la supplier à genou pour éviter la misère. Inflexible, elle refuse le prêt, préférant se faire bien voire par son boss en vue d'une promotion. Mais la gitane n'a pas dit son dernier mot, dans une scène d'une rage folle, elle lui lance une malédiction terrible : elle lâche sur elle la Lamia, un démon. Notons tout d'abord que les défauts qui son punis ici sont l'avarice, la cupidité, le manque d'empathie, vices attribués au Capricorne. Bien sur nos amis à cornes et à écailles ne sont pas tous des requins de Wall Street, mais ils ont la réputation souvent justifiée de faire passer leur carrière avant les considérations émotionnelles. Tant pis pour eux, les démons adorent les cupides !
Mais la Lamia ne se contente pas d'arriver et de prendre votre âme, non, se serait trop simple. Elle va d'abord un peu s'amuser avec vos nerfs, elle se donne trois jours pour vous harceler, de plus en plus pressante, de plus en plus oppressante. Simple insinuation au début, elle devient tapageuse, violente, elle ne vous laisse aucun répit jusqu'à l'exécution finale où elle vous traîne aux enfers. Cauchemar suprême du Capricorne : être harcelé avant d'être puni.
Il faut dire que le Capricorne a un certain sens de l'éthique, il se veut moral et est fier de sa rectitude. Il ne comprend pas le châtiment alors que la jeune femme n'a fait que son boulot (il est vrai que la punition est quelque peu disproportionnée...). Le Capricorne est un peu orgueilleux, il se plait à penser qu'il est quelqu'un de bien, il se verrait plutôt avec une auréole lui qui est si sage et respectueux des lois. Or le voilà traîné en Enfer pour avoir justement respecté les lois de notre société...mais pas celle du cœur qui veut qu'on ne mette pas dans la misère une vieille femme.
Nous nous amuserons quand même de cette scène d'exorcisme où la Lamia prendra la parole en possédant un bouc, symbole du signe, histoire de marquer un peu plus le pli, au cas où nos Capricornes n'auraient pas compris qu'on parle d'eux !

Nous vous sentons sourire, chers Capricornes, vous n'y croyez pas n'est-ce pas ? Vous avez sans doute raison...mais ...attention, derrière vous ..."je vois des gens qui sont morts....."

 

astrologie et horreur 10

Xb. Les monstres du Capricornes : les Moralisateurs

Gouvernés par Saturne, le "grand maléfique", le vieux monsieur sombre et sinistre, le dévoreur de mômes représenté par la faucheuse en personne, les Capricornes disputent avec les Scorpions le premier choix pour les monstres. Le Capricorne est ce méchant à l'ancienne, grand, osseux, drapé dans sa cape noir qui déclame du Shakespeare pour rappeler à quel point l'humanité est une lie infâme qui mérite le juste châtiment qu'il s'apprête à lui donner. Pour le monstre Capricorne, la mort, la souffrance sont les conséquences de notre médiocrité. Après tout, si à leur exemple nous avions réussi à nous élever au-delà de nos vains sentiments et nos puériles émotions, ils n'auraient pas été contraints d'appliquer la sévère justice.

Le prototype du monstre Capricorne est Jigsaw, le tueur aux énigmes. Il ne manque quasiment rien, incarné par le terrifiant Tobin Bell particulièrement dérangeant, ce psychopathe n'en est pas un. Il est juste exaspéré par la bassesse de ces concitoyens. Il veut juste donner une bonne leçon au monde : si vous n'arrêtez pas de vous droguer, négliger votre famille, vous apitoyer sur votre sort, profiter des plus faibles que vous, vous finirez : mutilé, torturé, la mâchoire arrachée, pendu à un fil de fer, la tête vissée, la face explosée, carbonisé, déchiqueté par des barbelés .....On en passe et des meilleurs (enfin des pires !).

Ce monsieur respectable, plein de bonnes intentions est juste désespéré car il est condamné par un cancer (la maladie, pas le signe polaire du Capricorne !), n'ayant pas la chance de pouvoir profiter de la vie, il en veut à ceux qui gâche la leur. Ça peut se comprendre, disons que si le constat est juste, la méthode est peut être un poil sévère !
Jigsaw incarne vraiment la fonction saturnienne : poser des épreuves pour nous faire grandir. C'est le but des énigmes mortelles, nous dépasser pour se rapprocher de la perfection. Il y a toujours moyen de s'en sortir, il faut pour cela utiliser les qualités Capricorniennes : patience ( par exemple pour trouver le bon code parmi les innombrables inscrits sur le mur), sang-froid ( par exemple pour trouver la clef dans les entrailles d'un corps), détachement (par exemple pour comprendre qu'il ne faut pas tirer sur celui à qui vous en voulez à mort), réflexion (par exemple pour comprendre qu'on peut tous s'en sortir plutôt que d'entrer en compétition) et parfois sacrifice (d'un membre le plus souvent, souvenez-vous que pour se couper le bras, la hache, c'est plus efficace !).

Mais sa méthode marche, la junkie Amanda deviendra clean après une "Sawthérapie", ça marche tellement bien qu'elle deviendra l'assistante et l'élève assidue du monstre. C'est en cela qu'il se rapproche encore plus du Capricorne, c'est que de meurtrier, il devient vite un maître, un enseignant qui fait des émules : Amanda et le détective Mark Hoffman, sont ses pupilles et admirateurs. Mais en bon maître Capricorne, il testera aussi ses élèves et les soumettra encore à ses énigmes et à son impitoyable jugement, que voulez-vous, face à un maître Capricorne, on est jamais assez parfait !
L'esthétique de Saw se rapproche aussi beaucoup de l'univers Capricorne, Jigsaw adore les mécanismes précis, les engrenages rouillés où tout s'imbrique comme une horloge fatale, ce qui en fait un symbole Saturnien parfait. Il aime aussi à l'occasion rendre angoissant des symboles enfantins comme son clown fétiche, cette marionnette qui parle pour lui, ou comme ce carrousel mortel que l'on peut voir dans "Saucisse" ...euh..."Saw 6". Or l'enfance est le domaine du Cancer, signe polaire du Capricorne qui pour le coup transforme la nostalgie en symbole d’horreur.
Moralisateur impitoyable, voulant dresser ses contemporains à la perfection, Jigsaw restera l'un des monstres Capricornes les plus marquants.

Un autre monstre qui sévit dans de nombreuses suites nous rapproche du Capricorne, l'adorateur de la souffrance, le pape du gothique, la chef des Cénobites : Pinhead !
Le monstre héros des "Hellraiser" est déjà Capricorne par son look : grand, mince, moulé dans sa robe de cuir noir, la face blême quadrillées au millimètre près par des aiguilles, nous sommes encore dans une esthétique Capricorne. Les Cénobites sont des créatures difficilement définissables, plus proches du signes des Poissons (nous les reverrons dans ce signe) mais leur grand chef est indiscutablement Capricorne. Comme tous ses semblables, Pinhead a été humain, il a ouvert ce mystérieux cube qui l'a envoyé dans cet enfer singulier où il fut transformé en Cénobite. Première conséquence, il se détacha complètement de ses émotions, de ses affects, de ses attachements et de sa mémoire, en gros de tout ce qui peut le rapprocher de la Lune, planète en exil en Capricorne. Ensuite, il prendra naturellement la tête des Cénobites, le Capricorne étant naturellement appelé à être le dirigeant, c'est un signe de pouvoir, au charisme froid. Enfin, on aura l'occasion de le voir déclamer ses fameuses tirades sur l'inanité de la race humaine, la vaine agitation de nos vies et de nos motivations, un vrai discours de Capricorne cynique, mais convaincant, autant le suivre pour devenir l'un d'entre eux !

Le film culte "Seven" de David Fincher est certes un thriller et ne contient pas d'élément fantastique, mais on peut bien qualifier le tueur qui y sévit de monstre, magistralement incarné par Kevin Spacey. Cet inconnu appelé John Doe, (c'est ainsi que l'on nomme les gens sans identité aux Etats Unis) a décidé de donner une grande leçon de morale au monde. Chrétien fanatique, il a décidé d'illustrer les 7 péchés capitaux par un meurtre atroce. Il punit un pécheur en lui faisant subir les pires tortures inspirées de ses lectures biblique afin de rendre la punition divine palpable, réelle. Il ne tolère plus que nous tolérions " le petit péché quotidien". En cela, il est bien Capricorne par ce désir d'élever l'humanité vers la perfection morale (sa perfection morale). L'intolérance, le manque d'indulgence sont des traits régulièrement reprochés au Capricorne, John Doe en fait ici une effrayante illustration. Ce qui le rapproche encore d'avantage du Capricorne est qu'il n'épargne personne, pas même lui ! Le Capricorne est le signe de la culpabilité, et John Doe culpabilise d'éprouver l'envie, ce péché si infâme et si contraire à sa nature de Capricorne stoïque. Il sera donc la dernière victime de sa terrible machination, laissant derrière lui son message moralisateur.

 

Ils en ont pas l'air comme ça, ces mignons petits chérubins blonds platines, mais ils sont bien Capricornes. Ce sont les enfants du "Village des damnés", ils sont nés tous en même temps, au même moment, à la même seconde (mais les scénaristes n'ont pas précisés leur thème astral, dommage !). Arrivés par une immaculée conception, ils arrivent comme des petits anges envoyés par on ne sait qui pour coloniser la Terre. Tout est prévu, ils sont déjà en couple, ils ont une intelligence hors du commun et des pouvoirs psychiques encore plus terrifiants. Déjà redoutables bébés, ils vont en grandissant devenir quasiment invulnérables, leur capacités à contrôler l'esprit humain leur permet de dicter chaque mouvement à leur victimes, transformant l'importun en marionnette, lui faisant commettre meurtres et suicide.
Ils sont de futurs dictateurs de la race humaine, ils ont pour dessein de diriger le monde et se servent de ce village comme d'un camp d'entraînement à l'autocratie. Cette volonté de pouvoir sans partage et sans pitié est parfaitement dans la lignée Capricorne, signe autant porté vers l'autorité qu'il se détache de l'empathie. En effet, la première caractéristique inquiétante de ses enfants, est leur absence complète d'émotivité, de compassion. Les habitants qui les ont élevés comme leurs enfants n'ont à attendre aucune gratitude de ces angelots, ils ne sont là que pour les servir ! Par contre, gare à l'importun qui les contrariera ou les blessera, même par inadvertance, en bon moralisateurs Capricornes, ils l'obligeront à s'infliger la même peine : Maman t'a brûlée avec une soupe un peu trop chaude? Oblige donc là à plonger sa main dans la casserole brûlante, bien fait pour elle, elle n'avait qu'à faire attention !
Autre trait bien Capricorne, nos blondinets ont un mépris froid et franc pour l'humanité, pathétiques créatures émotionnelles que nous sommes ! Signe élitiste qui maîtrise sa personne comme personne, le Capricorne a parfois une fierté mal placée qui le pousse à regarder de très haut ceux qui ont gardé un peu de légèreté. Nous aurons droit aussi à ces tirades Capricorniennes sur l'absence de sens de nos vies, l'inutilité de l'affectivité humaine source de notre perte....et blablabla...encore que ce discours vienne d'un cancéreux ou d'un démon millénaire passe encore, mais là se sont carrément des mômes qui nous le serve, c'est que pour un Capricorne bien né, le mépris n'attend pas le nombre des années !
Si le premier film en noir et blanc, véritable référence du genre est très sombre et pessimiste (et donc très Capricorne), le remake avec Christopher Reeve apporte une modification intéressante pour notre analyse. Dans ce deuxième film, un enfant est mort-né, alors que dans l'œuvre originale chaque enfant avait son partenaire attitré, cette fois, l'un d'entre eux se retrouve sans compagne. Le plan Capricorne parfaitement mis au point a donc une faille : un garçon se retrouve seul. Le couple est symboliquement relié au signe de la Balance, signe en carré et particulièrement contradictoire avec la Capricorne, signe solitaire. En prévoyant de mettre les gamins par pair les mystérieux commanditaires avaient pour but de créer non seulement les futurs couples de reproducteurs mais aussi de créer une plénitude qui interdit l'ouverture à l'autre (encore la fonction Balance). Or ce petit se retrouve seul dans un groupe où tout est deux, il en ressent de la souffrance et aussi de la frustration, émotion typiquement Capricorne. Mais par ce douloureux chemin, des émotions finissent par naître en lui, et ça agace les autres qui lui reprochent son manque d'inhumanité. Rejeté, il fait comme tout bon Capricorne, il se détache de sa soif de pouvoir et de contrôle et devient réellement humain, tournant le dos à sa race et sauvant sa mère, la seule qui l'aimait, reliant enfin le signe du Capricorne au signe du Cancer, en passant par le signe de la Balance. Pour les autres ? Et bien, ils passeront par la case Bélier  (le dernier de ses signes cardinaux) dans une grande explosion !

Ce monstre culte ne déclamera pas de grandes tirades, les millénaires passés dans son sarcophage lui ont rendu la langue un peu sèche ! Abordons maintenant les Momies : ce n'est pas vraiment le comportement de la momie qui nous fait penser au Capricorne mais l'accumulation de symboles en rapport avec le dixième signe. C'est tout d'abord le mort vivant le plus ancien, il date de l'Egypte antique, donc d'environ 4000 ans ! Elles ont été faites pour défier le temps, l'éternité étant le symbole saturnien par excellence. Elles sont desséchées, qualificatif élémentaire que l'on a fait de tout temps correspondre au Capricorne. Mais n'importe qui n'est pas momifié, il s'agit la plupart du temps de quelqu'un du gratin égyptien, donc de l'élite, et surtout de la famille royale et bien sûr du Pharaon. Une momie, c'est un mort vivant jet set, et donc c'est très Capricornien de faire partie de dessus du panier !
Sans toutefois être de réelles moralisatrices, les momies, sont des gardiennes des secrets et des trésors de la pyramide, gare au pilleur de tombe qui tombera nez à bandelettes avec la redoutable créature. Il subira la terrible malédiction, c'est que, après des millénaires à dessécher dans un sarcophage, un monstre Capricorne, ça a une furieuse envie de rendre la justice.

Notre dernier monstre Capricorne montre que ce signe est aussi celui de l'humour (noir, certes). Quasiment aussi desséché que nos momies, mais bien plus bavard, voici le gardien de la crypte ! Nous avons le plaisir de le rencontrer comme conteur dans chacun des épisodes de la série horrifique "les Contes de la Crypte".  Ce personnage est un Capricorne drôle et cynique, particulièrement extraverti pour son signe, mais il ne fait pas si tâche que ça à côté des terrifiants Jigsaw et Pinhead. Tout d'abord, son physique est tout particulièrement Capricorne, c'est un cadavre desséché, squelettique, il ne reste plus qu'une peau tannée, en lambeau sur ses os. Bien sûr, les Capricornes n'ont pas tous un physique digne de Squelettor, mais ce signe favorise la maigreur et le squelette est la partie de l'anatomie qui lui est consacrée.

Un cliché tenace sur nos amis Capricornes rapporte qu'ils n'ont aucun sens de l'humour, c'est une grave erreur car ce signe en donnant le détachement, un esprit aiguisé et un certain cynisme est tout naturellement porté sur l'humour et l'ironie. De plus on sait que le Capricorne a un sens certain de la tristesse, or on sait aussi que tous les clowns ont une grande tristesse en eux qu'ils transcendent en rire. Voilà pour notre gardien qui après des siècles à se momifier a su trouver suffisamment de détachement pour prendre la mort du bon côté !

Le Capricorne a un côté grand-père ou grand-mère qui aime raconter des histoires pleines de bon sens à ses petits-enfants, c'est exactement ce que fait le gardien de la crypte : il est le narrateur et le présentateur de ces contes à frémir, une sorte de père Castor pour Halloween ! C'est que les contes de la crypte ont toujours une petite morale, puisqu'ils se terminent invariablement mal, on apprend entre deux giclées d'hémoglobine qu'il ne faut pas être cupide, orgueilleux, envieux, qu'il ne faut pas voler ou tuer ...car tous les personnages des contes se mettent dans ces dramatiques situations à cause de leurs vilains penchants, ce que le gardien ne manquera pas de souligner entre deux rires ironiques. Comme quoi, on a beau être un monstre rigolo, on en reste pas moins moralisateur quand on est Capricorne !

 

XIa. Les Cauchemars du Verseau : l'expérience interdite

S’il y a bien quelque chose qui n'effraye pas les Verseaux, ce sont les limites : ils sont faits pour les franchir. C'est par excellence le signe inventeur qui va tenter les expériences les plus atypiques pour faire progresser l'humanité, ou juste voire ce qu'il se passe si on mélange ça avec ça et qu'on le bombarde aux rayons gamma. Un Verseau c'est excité par la nouveauté de l'expérience et ça se réjouit face à la progression de la connaissance. Mais dans certains cas, l'expérience ça foire, et ça a des conséquences désastreuses ....

A la fois monstre et cauchemar du signe, le grand classique de la littérature et du cinéma d'horreur, Frankestein est tout à fait dans l'esprit de l'expérience aux conséquences inédites ! Signe prométhéen par excellence, le Verseau est particulièrement touché par ce docteur qui veut créer la vie. Mais quelle vie ! On ne fait pas joujou avec les lois de la nature (représentée par le Taureau signe en carré du Verseau et particulièrement contraire à lui) impunément. La créature devient incontrôlable, comme tout bon Verseau, elle s'échappe, éprise de liberté et se rend compte de sa complète inadaptation avec le monde. Le Verseau se retrouvera aussi bien dans le Docteur, savant obsédé par son but que dans la créature, inadaptée et se cherchant une raison d'être. Ce qui est perturbant pour le Verseau c'est que la créature va poser la question qui fâche "tu m'as donné la vie, mais une âme ?". Le Verseau est un signe intellectuel, rationnel qui se détache énormément des émotions, par conséquence, se retrouver face à sa création qui lui pose la question des sentiments humains, ça le met dans un profond désarroi.
Nous aurons l'occasion de revenir sur le docteur et sa créature dans la partie suivante.

C'est sans doute un Verseau qui a eu la brillante idée d'envoyer un amas de cellule dans l'espace pour voir ce qui allait se passer. Et bien, ça donne une créature en gelée rose qui va bouffer toute vie sur son passage, grandissant d'autant à chaque bouchée...un blob ! C'est sûr que c'était une riche idée, le Verseau crée le monstre Taureau le plus répugnant qui soit, et sans doute le plus dérangeant pour ce signe qui passera ici pour une véritable...cruche !
Le Blob dévore chaque être vivant à qui il s'accroche et devient de plus en plus grand, or le Verseau est le signe le plus indépendant, il a horreur qu'on lui colle (littéralement ) aux basques et surtout le concept de fusionner avec ce gros tas de gélatine est particulièrement effrayant pour celui qui veut conserver son unicité à tout prix. En même temps, ils l'ont cherché, ils l'ont fabriqué, ils pousseront donc l'expérience à son paroxysme : se faire dévorer par le monstre !

Dans le film "L'expérience interdite", des étudiants ont décidé de franchir une frontière de plus en tentant de découvrir l'ultime secret : ce qui se passe après la mort. Pour se faire, ils vont tenter une NDE (Near Death Experience : expérience au frontière de la mort), comme tous Verseaux, ils n'ont pas froids aux yeux et vont se faire mourir avant de se faire réanimer in extremis. Comportement très Verseau de traverser le gouffre de feu sur une corde raide. Dans tout ça, il n'y a pas de quoi les effrayer...mais la suite est plus dérangeante pour nos Uraniens. C'est que de ce voyage, nos étudiants ont ramené des petits souvenirs encombrants. Ils sont mis face à leur passé, à leurs erreurs de jeunesse, à leur dysfonctionnement familiaux. Harcelés par ces images angoissantes, ils devront faire face à leur passé pour retrouver la paix. Le Verseau partage avec le Capricorne les maîtrises de Saturne et d'Uranus et par conséquence certains traits de comportement : ils n'aiment pas l'intrusion, ils se détachent des émotions. Dans "l'expérience interdite", on est harcelé par des visions du passé qui nous obligent à remettre en question notre vie et nos choix. Quoi de plus déplaisant pour un Verseau, signe du futur, donc peu enclin à se retourner sur son passé; signe de rupture, donc peu enclin à renouer avec ceux qu'il a décidé d'exclure de sa vie; signe intellectuel, donc pas très à l'aise avec l'émotionnel; signe obstiné, donc pas très à l'aise avec le changement d'opinion....Et oui, chers Verseaux, quand on se lance dans une expérience scientifique de cette envergure, il convient de ne pas oublier les facteurs affectifs !

"13 fantômes" est également une bonne occasion de mettre un Verseau mal à l'aise, si ce dernier n'a pas forcément peur des spectres, il a bien plus peur d'être enfermé, et c'est ainsi que commence cette nuit d'horreur. La maison que vient d'hériter de son oncle Cirrus, Arthur Kriticos et sa famille, a tout pour plaire à un Verseau : son design futuriste et épuré, ses murs géants de vitres décoré d'inscriptions latines sont tout à fait dans l'esthétique Verseau. Malheureusement, cette maison n'en est pas une, c'est en fait une machine crée par Cirrus lui-même qui se fait passé pour mort. Il veut mener à bien une expérience diabolique qui lui permettra d'ouvrir "l'ocularis inferno", l'œil de l'enfer qui voit tout. Cirrus est donc un parfait représentant du Verseau voulant acquérir "la grandeur" par la connaissance, il ne recule devant rien pour cela, pas à capturer les 12 fantômes nécessaires pour l'expérience et surtout pas à sacrifier son neveu, dont la mort achèverait le processus. Le Verseau est donc mis face à ses vices, à l'expérience interdite mais aussi à la claustration (les infortunés héros sont prisonniers d'une maison labyrinthique aux murs changeant de place). Si se faire poursuivre par un spectre n'est pas le cauchemar type du Verseau (qui verra sans doute dans la succession d'attaques un bon train fantôme), il peut éprouver une certaine compréhension face à ses esprits prisonniers. Notons que certains d'entre eux sont aussi très dérangeants pour un Verseau car leurs stigmates montrent leur vie ou leur mort de prisonnier (nous avons le fantôme d'une vieille femme morte sur un pilori, une jeune fille morte ligotée, un homme tronc, un fou à la tête encagée...autant de symbole de privation de liberté). Enfin, le signe du Verseau est traditionnellement associé avec l'astrologie elle-même, et le nombre des fantômes n'est pas un hasard : il en faut 12 pour former un "zodiaque noir", version maléfique de notre zodiaque traditionnel, même le ciel cher aux Verseaux ne semble pas être un allié dans cette mésaventure !

S’il y a bien une expérience qui tourne à la catastrophe et dont les conséquences vont faire frémir les Verseaux, c'est dans le très célèbre film "La Mouche".
N'oublions pas qu'avant d'être l'œuvre formidable de référence avec Jeff Goldblum en vedette, il s'agissait d'un film ancien en noir et blanc qui posait des questions intéressantes sur les conséquences de l'expérimentation scientifique. Le brillant chercheur réussit à inventer un téléporteur, hélas, quand il l'expérimente sur lui-même, une mouche se glisse dans l'appareil et fusionne avec lui. Dans le classique, le scientifique échange sa tête et une main avec l'animal : la transformation se fait d'emblée. Le scientifique demandera qu'on lui retrouve cette fameuse mouche avec une tête blanche...une tête humaine.
Dans la version moderne, c'est plus subtile, le scientifique, Seth Brundle (Jeff Goldblum) sort apparemment indemne de l'opération, la mouche a en fait fusionner son ADN avec le sien. Seth commence par sentir la superpuissance donnée par l'insecte, il acquiert des capacités athlétiques hors du commun, il se sent plein d'énergie, il n'hésiterait pas à se qualifier de surhomme. Cette partie du film aborde la problématique de l'axe Lion/Verseau sur la puissance, le pouvoir et le fait de se sentir unique, au-dessus du lot.
Hélas, les transformations commencent, quelques poils tout d'abord, puis la peau, les dents, les cheveux, Seth se rend à l'évidence qu'il se transforme peu à peu en insecte géant. C'est sans doute le cauchemar suprême du Verseau, signe le plus évolué, celui qui se détache le plus de sa nature animale, s'éloignant le plus des instincts bestiaux : il se retrouve transformé en une bête des plus primitives. Son comportement change, il devient agressif, brutal, violent en somme plus primitif également, alors que Seth incarnait parfaitement le caractère Verseau : réfléchi et novateur, à l'avant-garde, intellectuel, un peu barré, original....le voilà incarnant les pulsions primitives de l'animal.
Qui ne deviendrait pas fou ? La folie pour un Verseau c'est souvent sur le mode paranoïaque qu'elle se développe, et c'est ce versant que va prendre notre scientifique mutant. L'ami de Veronica, sa maîtresse (jouée par Geena Davis), en fera les frais en voyant sa main et son pied liquéfiés par les sucs gastriques du diptère géant. Quand il apprend que Veronica est enceinte de lui, il lui proposera une terrible solution, fusionner avec elle pour créer la famille parfaite. Voilà un autre cauchemar pour nos Verseaux, perdre non seulement son humanité, mais aussi son indépendance, son individualité. Seth finira par demander à Veronica de l'achever, dans un ultime sursaut de lucidité, seule liberté qu'il lui restait : mourir.
Notons que dans la version noir et blanc, la fin est également tragique puisque le scientifique demande à sa femme de lui écraser sa tête sous une presse, mais elle est encore plus tragique pour la pauvre mouche dotée d'un visage humain que l'on retrouve à la fin : elle se fait dévorer par une araignée, emprisonnée dans une toile. Si le Verseau aurait pu être séduit à l'idée de pouvoir voler, le voilà bien horrifié à l'idée de se retrouver privé de liberté dans ce piège gluant ! L'araignée, animal statique sur sa toile qui emprisonne ses victimes étant l'animal anti Verseau par excellence !
Le succès de la mouche donnera naissance à un remake correct où nous suivons les tribulations de Martin, l'enfant de Seth, conçu bien sur après la mutation de son père et donc ayant hérité de son patrimoine génétique original (ça au moins ça plait aux Verseaux : être unique en son genre), d'ailleurs ce mignon poupon nait dans une pupe (et non pas en asticot comme le cauchemar sa mère). Il grandit vite et développe un quotient intellectuel formidable ce qui lui donne des dispositions pour la science : c'est bien un Verseau ! C'est tellement un Verseau qu'il finit par s'enfuir de son laboratoire où on le retenait prisonnier pour l'étudier, en attendant que la terrible métamorphose ne survienne ! Et c'est dehors que Martin va se muter en grosse mouche et vivre le même cauchemar que son père. Cependant, cette pénible expérience ne durera pas longtemps, beaucoup moins traumatisant pour les Verseaux, le deuxième opus leur permet de souffler car Martin finira par retrouver son humanité.

Pour un Verseau tout est sujet d'étude, même le fils du diable ! Mais ce qui commence comme un week-end scientifique sympa, finit en film d'horreur d'anthologie signé Carpenter : il s'agit de "Prince des Ténèbres". Figurez-vous que le fils du diable n'est pas un monsieur rouge avec des cornes, c'est en fait ....une jarre ! Ça commence bien, l'élément central angoissant de l'œuvre est le symbole même du signe. Cette entité est en fait prisonnière d'un mystérieux contenant qui va être analysé avec les moyens les plus sophistiqués de l'époque. Et ce qu'on découvre, c'est qu'il est impossible d'ouvrir ce vase, il est fait pour être ouvert de l'intérieur ! Et ce qu'il y a à l'intérieur, va en sortir bien sûr, et le fils du diable, c'est en fait une eau verdâtre qui coule du sol au plafond et qui vous gicle à la face histoire de vous posséder. Oui, même si l'extérieur est Verseau, l'intérieur est bien Scorpion : c'est le prince des ténèbres, c'est une eau stagnante verdâtre (la définition même de l'élément du Scorpion), et ça prend possession du corps de l'autre de façon quasi éjaculatoire ! Or le Scorpion est l'un des signes en carré avec le Verseau. La possession est un cauchemar particulièrement angoissant pour ce signe de l'indépendance et du libre arbitre.

Mais ce n'est pas tout, si vous êtes dans une maison et que le fils de Satan a décidé de prendre possession de vos potes un à un (au fait, le Verseau est le signe de l'amitié, il n'aime pas trop qu'on touche à ses potes), la première chose à faire est de se tirer des locaux maudits. Oui, mais le fiston du grand cornu à tout prévu, il possède également les clochards de l'extérieur qui font la peau au malheureux qui tente de sortir. Donc une fois de plus, le Verseau se retrouve prisonnier.
Le voilà donc contraint d'affronter ce liquide douteux qui finit par se faire avaler par une des étudiantes qui va subir une horrible transformation (la transformation est aussi un concept Scorpion, également central dans "la mouche"). Elle va devenir le prince des ténèbres, dont la mission n'est autre que de ramener Papa dans notre monde. Pour se faire, il a besoin d'un miroir qui lui permette de sortir son paternel de sa dimension. Le miroir est à la fois un symbole solaire (on sait que le Lion aime se regarder dedans) et vénusien (maîtresse du Taureau), le Verseau devait bien se douter que cet instrument était suspect ! Pour empêcher la catastrophe finale, Catherine, l'héroïne n'aura d'autre choix que se sacrifier en poussant le prince des ténèbres dans la dimension inconnue, partant avec lui. Elle finit donc prisonnière dans un endroit complètement liquide et sombre (donc Scorpion).
"Prince des Ténèbres" a donc tout pour faire peur à un Verseau, une expérience qui tourne à la catastrophe, un ennemi Scorpion, la perte de la liberté, la possession. Rien ne manque, même pas, pour l'anecdote, cette aberration astronomique qui accompagne le réveil du démon : la Lune se voit dans le ciel en plein midi, à côté du Soleil, même le ciel si cher au Verseau (Uranus, leur planète maîtresse porte le nom du dieu Ciel) en est tout perturbé ! Mais la force et l'originalité du film est qu'il ne s'agit pas d'une simple boucherie, il y a tout le long de l'œuvre un vrai questionnement philosophique, une confrontation entre la science (Uranus) et la religion (Neptune, planète complémentaire d'Uranus, parfois considérée en chute en Verseau). Si Carpenter ouvre le débat sans donner de réponse (d'ailleurs qui le pourrait ?), les Verseaux se retrouvent donc questionnés sur leurs croyances, leurs certitudes, pour ce signe en recherche de la vérité c'est à la fois troublant et intéressant. Mais l'atmosphère si oppressante du film ne leur permet pas d'aborder ce débat sereinement, voilà nos uraniens confrontés à ce qu'ils détestent par-dessus tout : le doute !

 

astrologie et horreur 11

XIb. Les monstres du Verseau : les technologiques

Le paragraphe précédent le suggérait déjà, si les Verseaux ont peur de cette expérimentation qui tournent mal, se sont leur monstres qui la provoque régulièrement !

Oui, un bon exemple de monstre Verseau est le Savant Fou. On ne sait pas si c'est son obsession de la science qui l'a rendu fou ou si il était déjà ravagé avant, mais une chose est sure, c'est qu'ils adorent faire joujou avec leurs fioles de poisons, leurs installations électriques et leur matos du parfait chimiste, avant de crier "Igor ! Abaisse le levier !». Le cliché du Savant Fou, convient parfaitement au Verseau, même dans la version caricaturale en blouse tachée et cheveux hirsutes. Le Verseau est un signe étrange, bizarre, loufoque, il trouve normal de pousser les investigations au-delà de toute éthique et de toute morale, il ne veut aucune barrière, l'important est de savoir. Ce type de comportement version maléfique donne effectivement notre Docteur Frankeinstein, complètement paranoïaque et obnubilé par ses recherches.

Toujours dans la catégorie "Savant Fou", nous pouvons également retenir, le héros de la mouche que nous avons développé plus haut, même si il perd de son signe en devenant un monstre, c'est quand il était humain qu'il incarnait le Verseau et c'est bien son caractère transgressif qui est à l'origine de la catastrophe.

Cependant, au-delà de la version grotesque, le véritable Docteur Frankenstein, issu de l'œuvre brillante de Mary Shelley, est un personnage complexe et très touchant, car particulièrement humain. C'est avant tout un révolté, Frankenstein est révolté par le fait que l'on puisse mourir, dans le film de Kenneth Brannagh, le docteur interprété par le réalisateur, se résout à accomplir sa quête de vie éternelle après la mort de son mentor, poignardé par un miséreux lors d'une séance de vaccination dans les bas quartiers. Remarquons que cette scène d'humanitaire colle parfaitement bien au Verseau, signe généreux, sauveur de l'humanité. Mais revenons au docteur, il veut non seulement combattre la mort, mais aussi créer un surhomme, physiquement, mais surtout mentalement et moralement, c'est pour ça qu'il donnera à sa créature le cerveau de son mentor. Dans des versions plus anciennes, la catastrophe s'explique par une maladresse, le bocal où se trouve le cerveau est fracturé et le précieux organe s'abîme. Intéressante image au passage que ce récipient contenant un cerveau, nous avons là encore le symbole de la jarre que le Verseau déverse sur l'humanité. Dans Frankenstein, le Verseau déverse donc des neurones sur sa créature, quoi de plus normal pour se signe d'air, intellectuel et logique. Particulièrement symbolique est aussi la méthode de réanimation de la créature : par l'électricité, élément Verseau par excellence. Il a besoin d'une forte décharge, de la foudre pour faire repartir cœur et cerveau afin que le monstre s'éveille. Créateur d'une vie nouvelle, le Verseau se prend pour un dieu !
Voyons maintenant un peu la créature que l'on appelle parfois à tort du nom du créateur. La créature est par excellence l'être inadapté, ce qui convient parfaitement au Verseau, signe de l'unique, de l'original et par conséquence de l'hors norme, de l'inclassable. La créature se retrouve seule, sans personne pour s'identifier, pour lui dire qui elle est, ce qu'elle doit devenir. Ces grandes questions sont, en astrologie, du domaine du Soleil, qui est justement la planète d'exil du Verseau. Ce "monstre", dans le sens premier du terme qui vient de "monstrare", c'est à dire celui que l'on montre, doit se faire tout seul, s'identifier seul, par là même il prouve son indépendance, son autonomie et donc les qualités les plus typiques pour un Verseau. Mais le chemin n'est pas facile, paria c'est aussi le bouc émissaire que l'on chasse et il vit ainsi la transition vers le prochain signe, celui des Poissons. Il en vient à ressentir émotions et sentiments, et donc colère et ressentiments. Il n'a rien demandé, il ne voulait pas vivre, il est maintenant condamné à une vie de paria, il en veut donc à celui qui est responsable de ça : son créateur ! Comme tout bon Verseau, il va donc se rebeller, et contre qui se rebelle-t-on en premier lieu, contre ses parents, surtout contre son père, symbolisé parfois en astrologie par le Soleil, en exil en Verseau. La créature va donc s'en prendre au docteur à qui elle doit la vie. Il se révèlera violent (un trait de caractère souvent caché à première vue chez nos angéliques Verseau mais pourtant bien exprimé), harceleur et finira par détruire la vie de Frankenstein et la sienne.

Le Verseau est le signe prométhéen par excellence, et quelle meilleure illustration que Frankenstein pour en incarner la version horrifique.

Moins connue mais très efficace, la ventriloque fantôme Mary Shaw s'amuse à transformer les humains en marionnettes et les marionnettes en humains. Cette impressionnante vieille dame sévit dans "Dead Silence", film où l'on a peur d'avoir peur !
Mary était une grande artiste de music-hall à l'ancienne, une dame très charismatique avec un look Saturnien qui la fait tenir du Capricorne (mais n'oublions pas que Saturne est l'intendant du Verseau). Elle avait un formidable spectacle de ventriloque où son talent faisait merveille, elle était habituée aux applaudissements, expérimentant son signe polaire, le Lion. Mary était un personnage excentrique, à la marge et solitaire, comme le sont bien des Verseaux, on dit d'elle "qu'elle n'avait pas d'enfants, que des poupées", illustrant encore la dialectique Verseau/Lion : le second symbolisant sa progéniture et le premier préférant choisir son entourage, et Mary préfère nettement la compagnie de ses poupées. En bonne Verseau excentrique, elle a donc mauvaise réputation, elle n'est pas comme tout le monde, c'est le mouton noir du village, même si chacun admire son talent. Mais Mary a une obsession, elle veut fabriquer la poupée parfaite, voilà donc la parfaite Verseau, inventeuse, prométhéenne qui cherche à créer la vie....en donnant la mort bien sûr, puisque fatalement, elle se servira d'un enfant pour le corps de sa création. Si l'excentricité passe encore, le meurtre passe moins bien, les parents du petit se vengent et Mary est tuée....c'est toujours comme ça que se créent les histoires de fantômes !

Mary est du genre obstinée (trait bien plus Verseau que l'on ne croit !), elle va revenir bien sûr se venger sur les descendants de ses meurtriers et arrachera la langue de quiconque criera quand il la verra : avec Mary, il faut contrôler ses émotions, n'oublions pas que le Verseau demande à s'en détacher. Les langues dont Mary finit par faire la collection, sont bien sur le symbole de la voix, normale pour une ventriloque, mais en astrologie, la voix et la langue sont rattachées aussi au signe du Taureau, au carré du Verseau.
Il ne sera pas facile de se débarrasser de Mary, il faudra détruire toutes ses poupées par lesquelles elle vit, mais on oubliera de détruire la poupée parfaite, celle qui passe inaperçue car de chair et de sang et quand on le comprend, on a peur, et on finit par crier très fort laissant sa langue à la portée de Mary !

Voilà un monstre très original, c'est une machine pourtant que l'on utilise très souvent : l'ascenseur ! Le signe du Verseau est toujours très sensible à la notion de "Ghost in the shell", le fantôme dans la machine qui symbolise ce moment où le robot devient conscient de lui-même (qui est un sujet phare de nombreuses œuvres d'anticipation ou de Science-Fiction). Il y a toujours ce côté prométhéen de création d'une vie à partir de matériaux inertes, mais cet ascenseur n'a rien d'une gentil âme, en devenant conscient de lui-même, il se transforme en redoutable meurtrier. Il choisit ses victimes, s'ouvre à vide devant un aveugle, tranche la tête d'un réparateur....Cette conscience meurtrière est due à l'implantation dans la machine du tout dernier progrès de la technologie : des puces biologiques ! Ces dernières vont ainsi se multiplier et donner vie à cet ascenseur démoniaque bien plus terrifiant qu'il n'y parait. Un objet qui se rebelle contre ses créateurs, voilà un bon monstre Verseau, même si il ne se déplace que vers le haut ou vers le bas !

Mais si il y a bien une machine rebelle, celle qui ressemble à un être humain à s'y méprendre mais qui ne souhaite que l'éradication de son créateur, c'est bien le Terminator !
Le robot fatal est envoyé du futur (période dévolue au Verseau) pour empêcher la naissance de celui qui mènera la résistance contre les machines. En effet, celles-ci finiront par prendre le pouvoir et tenteront de détruire l'humanité à coup de bombes atomiques. Notons que l'un des traits déplaisants des Verseaux est bien de se rebeller pour installer leur propre dictature. Nous sommes tout à fait dans l'imaginaire Verseau, futuriste, faite de technologie, de robots autosuffisants, autonomes, indépendants...
Arrivant dans le temps présent à force d'éclairs bleutés (encore de l'esthétique Verseau, signe de l'électricité), le T-800 poursuivra obstinément "Sarah Connor", mère de John Connor le futur leader, et on sait à quel point un Verseau peut être obstiné. Le T-800 incarné par le lionesque Arnold Schwarzennegger est un titan de muscles et d'acier, même si il est expert en armes à feu et technologie, on s'éloigne du Verseau et de sa subtilité, signe réputé plus cérébral et de physique fluet. Cependant, dans les deuxièmes et troisièmes opus, le T-800 devient le protecteur du jeune John, envoyé par le John du futur, la machine devient alors raisonnable et commence à acquérir un peu d'humanité et de conscience et même d'humour. On préférera comme terreur Verseau le T-1000, incarné par Robert Patrick au physique plus nerveux, et au regard bleu acier (l'acteur est Scorpion, signe en carré du Verseau mais exaltant Uranus, son maître). Le T-1000 est moins brutal que le précédent modèle mais tout aussi acharné et sans pitié, usant de métamorphisme pour s'adapter aux situations, symbolisant l'intelligence Verseau (ce signe est capable d'emprunter différentes types de voies pour arriver à des solutions efficaces, raison ou intuition). Mais c'est dans le troisième opus que nous verrons le plus perfectionné des robots, la terminatrice (jouée par Kristina Loken) ou T-X, encore plus efficace que le T-1000. C'est surtout elle qui mènera la révolte des robots et provoquera le "jour du jugement dernier" et l'apocalypse nucléaire.
Notons que dans le tout dernier épisode de la saga, nous verrons un tout dernier type de robot, incarné par Sam Worthington, celui-ci se croira humain, fabriqué pour infiltrer les humains il choisira de se retourner contre ses créateurs (les machines cette fois) pour se battre au côté des humains. Cela s'explique car l'enveloppe corporelle et l'esprit de ce robot sont issus d'un humain, il possède donc ce libre arbitre cher au Verseau. Si nous avions déjà la perception du fantôme dans la machine avec Le T-800 d'Arnold, le prototype de Sam Worthington explore complètement cette notion si Uranienne de machine humaine ou d'homme machine. Qu'ils soient conçus par l'homme ou la machine, le Terminator a pour vocation de se rebeller contre ses créateurs.

 

XIIa. Les Cauchemars des Poissons : l'antre de la folie

Quand on est Poissons, on n'est jamais vraiment sur d'être sain d'esprit. C'est que nos amis à nageoires ont une perception si particulière du monde qu'ils se demandent parfois s’ils sont bien dans la réalité. Aucun signe n'est moins fait pour être humain que le Poissons, ils sentent plus qu'ils ne voient, perçoivent plus qu'ils ne comprennent, ressentent plus qu'ils ne raisonnent. Notre monde et en particulier notre culture n'est que très peu adapté au monde de fonctionnement "Poissons", aussi ces derniers ont quelque chose d'un ange égaré sur terre, d'un extraterrestre perdu, ou d'un échappé de l'asile psychiatrique !
Déjà peu surs de leur santé mentale, finissons de les tourmenter en leur présentant une série de films où la frontière entre folie et raison devient encore plus floue !

Commençons par le film dont le titre a inspiré ce chapitre : "L'antre de la folie", tiré du maître Stephen King (natif de la Vierge, signe polaire des Poissons) où John Trent (Sam Neil), un enquêteur pour assurance par à la recherche de Sutter Cane, un célèbre écrivain d'horreur. Réalisé par un autre maître en la matière, John Carpenter (qui achève là sa trilogie de l'Apocalypse), ce film commence très rationnellement pour sombrer de plus en plus dans l'illogisme le plus total. Pas la peine de trouver un raison, un fil conducteur, il n'y en a pas, sinon le désir de cet écrivain de plonger le monde dans le chaos, la déraison. On ne sait d'ailleurs même pas comment l'écrivain réussit à instiller la folie dans le monde via ses écrits. Nous passons de scènes très réalistes à des moments d'angoisse remplis de monstres chaotiques. On ne peut savoir réellement si le détective devient fou ou s’il y a une réalité dans ses phénomènes. Toujours est-il que le héros finit dans une cellule capitonnée. Mais est-il fou ou le dernier à avoir garder sa raison ? Ce qui va encore plus déranger les Poissons, c'est l'absence totale d'échappatoire, ce signe étant celui de la fuite, il y a toujours un ailleurs ou l'on peut se réfugier. Mais dans "l'antre de la folie", il y a un scénario (complètement inconnu du spectateur, seuls ceux qui lisent le livre savent ce qui va se produire), on n'arrête pas de répéter à John "c'est écrit dans le livre", les gens semblent obliger de se conformer au plan décrit par l'ouvrage. En astrologie tout scénario, tout plan est relié au signe de la Vierge, signe polaire des Poissons, de même les livres sont reliés aux Gémeaux (signe en carré particulièrement contraire aux Poissons) et donc à Mercure (planète en détriment en Poisons). Si le film bascule de la Vierge (une enquête réalisée par un privé) aux Poissons (la folie dans une cellule capitonnée), il est finalement très angoissant pour ces derniers car il les met face à leur peur de folie, leur défaut dans ce qu'il a de plus extrême : l'inadaptation complète à notre monde.

Une autre œuvre du même auteur, "La chambre 1408" est du même acabit. Le héros, Mike Eslin est également très marqué par la Vierge avec quand même un pied dans les Poissons puisqu'il s'agit d'un auteur, spécialiste en phénomènes paranormaux cherchant à les démystifier. Jusqu'à ce qu'il tombe sur un phénomène bien réel, celui de cette fameuse chambre 1408 dont personne ne sort vivant. Bien sûr Mike (joué par John Cusack) loue cette chambre et attend que "ça " se passe, il ne sera pas déçu, effectivement, les phénomènes les plus illogiques et angoissants se mettent en place. La chambre semble vivante et lui pose un dilemme dont chacune des options est peu enviable : rester enfermé dans cette chambre en sombrant dans la folie (en plus la chambre tente de faire venir son ex-femme) ou se suicider. Le film joue avec l'ambigüité : y'a-t-il réellement un phénomène paranormal ou est-ce que Mike sombre dans la folie ?

Les Poissons qui ont le sentiment d'être sur cette corde raide entre l'intuition révélatrice et l'illusion seront très perturbés par ce film qui met en scène leur angoisse de folie. Un Poissons a besoin d'être rassuré sur sa raison, sa santé mentale, lui qui perçoit le monde de façon si différente du commun des mortels. Mais devant ce film si perturbant, ils vont vraiment se demander si leurs neurones fonctionnent correctement ou s’ils ne sont pas eux-mêmes aliénés !
Très perturbant encore pour un Poissons est cette sensation de tourner en rond dans cette pièce sans pouvoir en sortir. Le Poissons est le signe de l'illimité, de l'infini, même prisonnier il n'imagine pas de limites à son âme. Mais capturé par cette chambre, le voilà comme dans un bocal, cherchant désespérément la sortie, le voilà prisonnier de l'infini ou tout simplement prisonnier de son esprit.

Stephen King n'est pas de la Vierge pour rien, il sait comment faire pâlir les écailles de nos Poissons ! Dans Shinning, ce n'est pas dans une chambre qu'ils vont patauger entre la raison et la folie, mais dans tout l'hôtel ! Pour commencer, le jeune héros de cette fâcheuse mésaventure est complètement Poissons, le jeune Danny est un médium très doué, il entend les pensées des gens, il voit aussi les fantômes menaçant sa famille, à ce stade c'est bien plus que de l'intuition, c'est vraiment un sens à part entière. Les fantômes cependant ne vont pas prendre Danny pour cible, mais son père Jack (interprété par l'excellent Jack Nicholson dans la célèbre version de Kubrick) bien plus fragile et tout aussi Poissons mais à un niveau bien moins élevé que son fils. Jack est intelligent mais en échec (il vient de se faire renvoyé de l'université où il enseignait), c'est aussi un ancien alcoolique (les vices de dépendances sont associés aux Poissons). Il choisit cet emploi de gardien d'hôtel hors saison pour s'isoler avec sa famille et tenter de surmonter ses crises et de terminer son roman. En effet l'hôtel "Overlook" est un palace d'été, désert en hiver, isolé par les montagnes.
Nous retrouvons les mêmes ingrédients que dans la chambre 1408, en plus grands, plus démesurés (ce qui correspond bien aux Poissons, gouvernés par Neptune et Jupiter planètes d'expansion et d'illimité). Le père progressivement influencé par les fantômes de l'hôtel (les Poissons sont réputés influençables) va progressivement perdre la raison. Mais est-ce vraiment l'hôtel le responsable ou sa propre tendance à la folie ? La famille erre donc dans ces couloirs isolés du reste du monde poursuivis par les fantômes et le père qui commence sérieusement à péter les plombs, avant de péter les portes à coup de hache ! La situation recluse de l'hôtel fait fortement penser à la maison XII, associée aux Poissons, symbolisant dans le thème astral les lieux de perditions, de claustration, les prisons, asiles et autres joyeux endroits ( mais aussi la possibilité d'une libération et d'une transcendance). Quoiqu'il en soit, la fin du film reste dans le thème Poissons puisque le père se sacrifiera pour détruire l'hôtel dans un sursaut de lucidité, cet acte extrême étant la preuve ultime de courage dont peuvent faire preuve les Poissons.

Nos écailleux nébuleux ont une fâcheuse tendance à avoir besoin d'une drogue, tout dépend de laquelle ils choisissent (il n'y a pas que l'héroïne ou l'alcool : la musique, le travail, le sport, la danse...sont autant de drogues bien plus épanouissantes). Mais les héros de "Shrooms" n'ont pas choisis la bonne !
Cette bande d'ados que l'on croise dans tous les films d'horreur (c'est à dire braillards, malpolis, faussement rebelles, ne jurant que par la fête, l'alcool et le sexe, sauf bien sur la petite oie blanche du troupeau) veut se faire le "trip" parfait grâce aux champignons hallucinogènes. Les voilà donc en pleine forêt, avec camping et packs de bière pour le lendemain aller à la cueillette aux champignons. Mais après les avoir ingérés (notamment celui avec un point noir sur le chapeau qu'il ne fallait surtout pas prendre), les hallucinations commencent à avoir lieu...mais sont- ce vraiment des hallucinations ? Cette escapade au pays psychédélique ne semble pas aussi illusoire que ça...peut-être est-ce la réalité ? Peut-être que ces créatures, ces ombres arrivent réellement ....
Encore une fois, le Poissons est mis face à son angoisse de folie, il ne sait plus lui-même où il en est. Pourtant habitué à nager en eau trouble et en plein brouillard, voilà que son intuition ne lui sert plus à rien. Son feeling légendaire ne lui permet plus de distinguer la réalité de la fiction. Ce film est bien sur dédié aux Poissons par son thème qui reflète bien leur attirance pour les paradis artificiels et les expériences au-delà des sens. Mais nulle transcendance derrière le trip aux champignons, juste l'horreur, et si les paradis sont parfois artificiels, cet enfer est bien réel !

 

astrologie et horreur 12

XIIB. Les monstres Poissons : les brumeux

C'est vrai qu'un Poissons c'est plutôt gentil, ça a même un côté martyre à prendre la souffrance du monde sur leurs nageoires, mais n'allez pourtant pas croire qu'ils n'ont pas leur place au casting d'un film d'horreur...
Signe du mystère le plus total, les Poissons avancent souvent masqués. Ils ne sont pas du genre à venir vers vous avec une grosse machette pour vous zigouiller, ils sont beaucoup plus subtiles que ça ...Ils aiment être cachés, ils enveloppent d'abord, ôtent tout repère, vous perdent dans le brouillard et vous tuent (quand même, on est dans un film d'horreur !)

Dans la série des "Hellraiser", les cénobites menés par le Capricorne Pinhead peuvent pénétrer dans notre monde grâce à un petit cube casse-tête (un rubik's cube diabolique en somme) qui leur ouvre les portes quand un petit curieux solutionne le casse-tête. Notons que les Cénobites sont soumis à un jouet énigmatique en forme de cube, ce qui est en relation directe avec la Vierge et les Gémeaux (signes très contraires aux Poissons). Si Pinhead, leur leader, a une personnalité Capricorne, son peuple a un côté Poissons plus que marqué. Certes, leur look de vampires SM en cuir noir à quelque chose de Scorpion ou de Capricorne, mais le fondement de leur philosophie est la torture comme source de plaisir. Les Poissons peuvent avoir un côté masochiste certain, ils aiment jouer les martyres et sont en relation avec le dépassement des sensations et la transcendance de la douleur en plaisir (Vénus est leur planète d'exaltation). Nos Cénobites prennent donc plaisir à s'enfoncer des lames dans le crâne, s'écorcher vifs pour tirer la peau et la coudre sur leur vêtement, se faire passer de longues aiguilles à travers la gorge et encore d'autres plaisirs particulièrement délicieux (ça donne envie n'est-ce pas !).
Le dieu qui habite la dimension des Cénobites (ce n'est pas l'enfer et nos monstres ne se décrivent pas comme des démons, même si ça y ressemble franchement) est le Léviathan, énigmatique pavé géant flottant dans la brume nébuleuse qui leur sert de ciel. Dans les mythologies judéo chrétienne, le Léviathan est un gigantesque démon habitant la mer qui débarquera lors de l'Apocalypse. C'est donc littéralement le monstre Poissons, dans Hellraiser, sa forme énigmatique, le mystère qui entoure sa volonté ou sa raison d'être le rapproche encore d'avantage des Poissons, signe mystérieux par excellence. La dimension des Cénobites est elle-même très évocatrice du milieu Poissons, c'est un labyrinthe infini, sombre et brumeux, ce qui nous plonge dans un monde où les repères sont brouillés et la logique défaite.
Beaucoup de Cénobites ont une apparence qui nous rappelle les Poissons, notons surtout celui surnommé "Chatterer"(apparaissant dans le 1 et le 2), traduisible par "Le bavard" doté d'un visage déchiré, sans yeux, les lèvres complètement rétractées laissant ses dents claquées continuellement. En fait, le "bavard", ne prononce jamais un mot, il est muet comme ...une carpe, effectivement le signe des Poissons est réputé communiquer par les silences, Chatterer en est la parfaite illustration. Encore plus Poissons, sont les "Twins" (apparaissant dans le 4), il s'agissait de deux veilleurs de nuits, jumeaux bien sur qui seront transformés par Pinhead lui-même en Cénobites, un ruban de chair les reliera pour l'éternité. Si les jumeaux nous font généralement penser au signe des Gémeaux, il ne faut pas oublier que les Poissons sont aussi un signe double représenté par deux Poissons reliés par un ruban, Hellraiser nous donne donc une belle illustration horrifique du signe !

S’il y a bien un film au nom évocateur, c'est "The Mist" (le brouillard, la brume...), cette fois ci, Stephen King donne une petite revanche à son signe polaire après les avoir tant torturés !
On ne sait pas vraiment d'où il vient ce brouillard qui nimbe totalement Bridgton, cette petite ville bien sympathique, par contre il oblige les habitants à se cloitrer chez eux car il semblerait que ceux qui se perdent dans la purée de pois n'en reviennent pas ! Et pour cause, la brume cache des créatures redoutables, qui attaquent et dévorent tous ceux qui se baladent trop longtemps (disons une vingtaine de seconde) à l'intérieur. Nous suivrons un groupe de survivants coincés dans une supérette qui se feront assaillirent de toutes parts par les monstre bizarroïdes. Ces créatures ne se dévoilent que rarement, elles préfèrent bien sur restées planquées dans ce brouillard aussi épais que de la gelée de cervelle (comme on dit à Halloween town). Ceci est très Poissons, ces derniers aiment rester discrets, ils sont un peu caméléons et passent pour être aussi évanescents que la brume elle-même. Cependant, nous apercevrons un peu de cette dangereuse faune. Au moins en partie, ils aiment glisser une tentacule en dehors du brouillard pour attirer leurs proies ( ce monstre inspiré de la pieuvre entre tout naturellement dans le bestiaire Poissons), nous aurons quelques essaims de guêpes tueuses géantes (si les insectes sont plus Gémeaux, leur nombre et la notion même de nuée se rapproche de l'illimité Poissons), de très grosses bêtes (les Poissons partagent avec le Sagittaire la maîtrise de Jupiter et la notion de taille surdimensionnée)...et bien d'autres encore.
Bien sûr, le réel monstre Poissons est ce brouillard qui perd les gens et leur ôte tout repère, toute orientation. Nous finirons par savoir quand même le pourquoi de ce phénomène : il s'agit d'expériences militaires qui ont tournées à la catastrophe, induisant une faille dimensionnelle. En fait ses créatures sont issues d'une autre dimension, ce qui va très bien à leur nature Poissons, ceux-ci étant en rapport avec cette notion, ils symbolisent les autres mondes inaccessibles (enfin en théorie !) et aussi la perception de cet au-delà. Dans le cas de "the Mist", la perception est très mordante !

Dans "Silent Hill", nous avons aussi une colonie de monstres tous plus Poissons les uns que les autres. Silent Hill est un film très Poissons, par l'ambiance, les monstres que nous allons voir mais aussi par le titre lui-même, les Poissons passent pour être un signe "muet" et même l'affiche du film nous montrant une photo de Sharon/Alessa, la jeune héroïne du film, privée de bouche, encore une iconographie Poissons.
Tout d'abord, Silent Hill est également plongé dans la brume (qui est en fait un nuage de cendres), on y voit pas grand-chose non plus dans cette charmante bourgade, mais il y a quand même quelques plans qui nous permettent de s'y retrouver. Nous allons croiser dans cette ville une peuplade un peu blême, rampante, grimaçante et geignant. Les créatures de Silent Hill ont ceci en commun : elles ont toutes l'air de souffrir. Que ce soit les "Grey Childs" ces petits bambins difforment gesticulant en pleurant ou les "torso", créatures sans visage ni bras, ils ont l'air d'avoir quelque chose à se reprocher. Effectivement, ce sont les damnés de Silent hill, morts dans l'incendie gigantesque qui ravagea la ville après la tentative de meurtre de la jeune Alessa. Ce sont les membres d'une secte de fanatiques qui ont tenté de brûler vive la fillette (cf. monstres Scorpions), sa vengeance les condamne à errer sous la forme de monstres. Le signe des Poissons symbolise la souffrance expiatoire, c'est aussi le signe de la rédemption, le corps torturé des monstres de Silent Hill est le symbole du poids de leur péché. L'un d'entre eux "Colin" qui a abusé de la fillette se retrouve ligoté à des barbelés, rappelant des tortures de martyres, encore ce côté expiatoire très dérangeant. Mais attention, ils ont beau souffrir, ils n'en restent pas moins très dangereux, ils avancent péniblement vers vous mais ne manqueront pas de vous agresser sauvagement. C'est le cas des infirmières, profession très marquée par l'axe Vierge/Poissons, chargées de garder la chambre d'Alessa dans l'hôpital de Silent Hill. Elles attendent l'intrus armées de scalpel, le visage tellement difforme qu'il en devient inexistant (par contre elles ont toujours la petite blouse sexy, la petite coiffe et le décolleté bien échancré, n'oublions pas que Vénus, planète du sex-appeal est en exaltation en Poissons). Notons qu'Alessa, véritable monstre-martyre règne à l'hôpital, lieu Poissons par excellence, elle est transformée en créature infernale par ses brûlures, et même pour sa vengeance finale, elle ne se partira pas de son lit. Toute cette notion de maladie, de maladie chronique, de handicap éternel est en relation avec la maison XII des Poissons en astrologie. Les fanatiques de la secte se feront donc happer et détruire par les innombrables barbelés, encore symbole de souffrance extrême (et même christique, rappelant la couronne d'épine, le symbolisme chrétien se rapproche énormément des Poissons). Finalement, les véritables monstres de Silent Hill, ce ne sont pas les créatures, encore moins Alessa, ce sont ces zélateurs rendus fous par leur religion, ce qui les rends encore plus Poissons !

Silent Hill et The Myst ont plus d'un point commun, les monstres sont effectivement bien Poissons par leur étrangeté, la souffrance qu'ils véhiculent et leur cachette brumeuse. Mais les vrais monstres, ce ne sont pas eux, se sont deux femmes illuminées par leur dogme qui provoquent par leur fanatisme la catastrophe : Christabella de Silent Hill et Mme Carmody de The Mist. Histoire de créer un vrai "Girls Band", ajoutons y encore Margaret White, la mère de Carrie.
Ces trois femmes sont des fanatiques de la religion chrétienne, elles interprètent littéralement la Bible et entendent bien imposer au monde leur vision pathologique. Les Poissons sont le signe de la mystique, si au positif, ils symbolisent la vraie révélation, la transcendance et la foi pure et sincère; au négatif ils apportent l'illusion et l'intégrisme par le refus de la raison. Nos trois illuminées en sont donc là, à croire en un dieu intransigeant qui réclame sacrifices et souffrances.
Margaret (Pipper Laurie) inculque à coup de Bible ses préceptes à Carrie (nous avons une véritable illustration de l'axe Vierge/Poissons), elle transforme sa fille en martyre en l'empêchant de s'épanouir. C'est bien elle qui provoquera la catastrophe du film en empêchant sa fille de s'adapter, de comprendre et de maîtriser ses inhabituels pouvoirs (ses notions sont Vierges, Margaret les refuse à sa fille). Elle le payera en finissant crucifiée comme son saint modèle (dans la version film : dans le livre, Carrie arrête son cœur par télékinésie).
Mme Carmody (Marcia Gay Harden) est une Poissons illuminée qui prend le pouvoir. Elle profite de la situation inédite de "the Mist" pour affirmer qu'il s'agit là d'un châtiment divin. Si au début du phénomène elle prêche dans le vide, au fur et à mesure que l'horreur s'installe, elle gagne de plus en plus d'adeptes, qui finissent par la suivre les yeux fermés. Bien sûr, il lui faudra du sang pour apaiser son dieu, elle cherchera des boucs émissaires à donner en pâture aux monstres. Elle exigera le pouvoir absolu dans cette petite superette et accusera toux ceux qui ne croient pas en elle. Ce type d'intégrisme transforme un groupe de gens hétérogènes en masse de fanatiques sans raison ni critique, en résumé, elle procède à l'ablation du signe de la Vierge.
Christabella (Alice Krige) par contre a réussi à imposer son pouvoir et ses convictions depuis longtemps à Silent Hill, elle était la grande prêtresse de la secte bien avant la catastrophe. Contrairement à Margaret et à Mme Carmody, Christabella dégage beaucoup de sérénité, elle est très loin de l'hystérie de ses deux comparses qui tentent de s'imposer. En cela, elle est rassurante, même aimante et fait plus mère du groupe que réelle gourou fanatisant, son comportement de sage mystique la rend encore plus Poissons. C'est pourtant elle la plus dangereuse, n'écoutant que sa foi illusoire, elle mène la jeune Alessa au bûcher persuadée qu’elle est une sorcière et se croyant menée par la main de Dieu. En imposant de telles souffrances à l'enfant, c'est elle qui sera la responsable de la catastrophe de Silent Hill. Cela ne lui suffit pas, après l'incendie qui ravage la ville et la transforme en vision d'apocalypse, Christabella n'en est que plus persuadée d'être dans le vrai. En effet, son église est le seul lieu sûr, le seul asile quand les monstres sortent (encore une référence à la maison XII, symbolisant les lieux de recueillement et de protection), la voilà transformée en réelle messie, menant son troupeau avec conviction. Christabella est donc la plus "épanouie" de nos trois illuminées Poissons, elle tentera bien en vain de repousser le "démon" mais Alessa réussira à entrer dans l'église et massacrera les fanatiques. A commencer par Christabella, crucifiée (comme Margaret) aux lianes de barbelés puis déchiquetée, terminant sa vie en Poissons martyre.
Avec ces trois femmes, les Poissons nous montrent que l'horreur est avant tout à l'intérieur de soi et que les monstres ne naissent que de la folie de certains !

Terminons notre série de monstres Poissons par les plus évanescentes des créatures : les fantômes.
Spectres, Poltergeist, Revenants, Ectoplasmes ou Apparitions hantent nos cauchemars depuis la nuit des temps, on pourrait même se demander si finalement ils n'existent pas réellement....Dans la ronde du zodiaque, les Poissons précèdent le Bélier, symbolisant la naissance, ce qui veut dire qu'ils sont en relation avec ce qui se passe avant la naissance ou après la mort, c'est une zone brumeuse du cycle d'existence où personne ne peut dire avec certitude ce qu'il y a, en tout cas, si ils existent, c'est là que se trouvent les fantômes. Ce sont les âmes des morts qui traversent avec plus ou moins de discrétion les endroits qu'ils habitaient autrefois, ils traversent les murs et empruntent des chemins désormais inaccessibles, ce qui rappellent bien le signe des Poissons qui symbolise la dissolution des limites, la fusion des temps, la perte des repères. Comme les fantômes,  les Poissons nous donnent souvent l'impression d'être à la fois présents et absents, ici et ailleurs, ils ont parfois un côté "spectral", à la fois inconsistants et pourtant existants....
Dans le "6ème sens" ou "les autres", les fantômes n'ont pas conscience d'être morts, (enfin la plupart), ils errent en se croyant toujours parmi les vivants, le signe des Poissons symbolise aussi cette dissolution de la conscience, ils arrivent même parfois à s'oublier totalement, perdus dans leurs esprits. Si vous avez des Poissons bien marqués dans votre entourage, vous avez sans doute noté la similitude entre eux et les spectres flottants dans un univers parallèle, faites attention à eux tout de même, contrairement à leurs monstres, ils ne traversent ni les murs, ni les meubles, un accident est si vite arrivé !
La hantise est un phénomène qui rappelle la claustration, le fantôme est souvent prisonnier de sa maison, il ne peut en sortir que ce soit par son attachement à la maison (les autres), des sortilèges (13 fantômes), une absence de porte de sortie (Poltergeist) ou même son agoraphobie (la série "Being human"). L'emprisonnement est relié symboliquement aux Poissons, comme l'est la délivrance, la libération. Un bon fantôme demande souvent poliment qu'on l'aide à aller vers le "grand ailleurs", ce qui est la fonction symbolique des Poissons (la transcendance), un mauvais fantôme par contre le demandera aussi, mais avec plus de violence. Comme dans "Poltergeist" par exemple où les spectres excédés jouent à balancer les meubles contre les murs ! Il vous faudra un bon médium souvent comme dans ce dernier film ou encore "6ème sens" ou la série "Ghost whisperer" où Jennifer love Hewitt joue à la psy et à la détective pour fantômes. Les dons médiumniques sont souvent attribués aux Poissons, apparemment seuls à pouvoir comprendre le langage humain et spectral (notons que si les médiums comprennent aussi bien le langage spectral comme certains Poissons comprennent le langage humain, on n’est pas sortis du manoir hanté !).
Finissons par l'apparence du fantôme : Selon les œuvres, on évolue des voiles transparents (genre un drap de lit blafard qui fait "houuuuu!") aux apparences effrayantes gardant les stigmates de leur mort. Dans un cas comme dans l'autre, on est dans le registre Poissons, que ce soit par le côté vaporeux et brumeux ou les stigmates symboles de souffrance.
En résumé, les Poissons, signe de l'irréel, de l'illusion, du mystère, accueillent le monstre dont l'existence est peut-être la plus probable !

 

astrologie et horreur 13

Conclusion

Ainsi s'achève notre visite du zodiaque de la peur, du freak show astral. Ces films riches en symbolique et en images saisissantes (au sens propre et figuré !), permettent une belle illustration de nos signes dans ce qu'ils ont de plus affreux. Bien sûr, la caricature était de mise car peu de Béliers massacrent à coup de machette les inconnus dans la rue et la plupart des Taureaux ne dévorent pas leurs invités (et on ne peut que s'en réjouir !). Cependant, il convient de voir derrière l'extrême, les défauts et les travers de nos comportements. Et finalement qu'est-ce qu'un monstre sinon l'illustration de nos peurs irraisonnées. Et de quoi avons nous le plus peur si ce n'est de notre côté sombre ! Alors la prochaine fois que vous tremblerez en voyant Jason étriper la jolie blonde, demandez-vous laquelle de vos faiblesses vous fait si peur...ou alors appelez votre monstre favori lui faire la peau !

 

Tous droits réservés Laurent Gizzi
Reproduction totale ou partielle interdite sans autorisation écrite de l’auteur

Share